Changer sans créer la différence | El Watan
toggle menu
mercredi, 03 juin, 2020
  • thumbnail of elwatan03062020





Changer sans créer la différence

18 novembre 2019 à 9 h 33 min

Lorsqu’on dialogue avec de hauts responsables et de nombreux économistes, la préoccupation majeure qui ressort de leurs analyses consiste à trouver le maximum de ressources pour financer le retour à la croissance et le développement des entreprises.

En effet, qui n’est pas sensible à la question de trouver les moyens pour mobiliser le maximum de fonds pour les injecter dans l’économie et créer un boom qui va redynamiser la croissance, créer de l’emploi et de la richesse pour le pays ? On lorgne alors vers les ressources du marché parallèle estimées, sans étude technique approfondie, à environ 50 milliards de dollars.

La problématique demeure comment intégrer ces ressources dans les circuits formels. Le marché informel a sa propre logique et ses propres règles qu’il s’agirait de décoder pour absorber ces énormes ressources qui sont fructifiées en dehors de tout contrôle et de toute fiscalité. Comme tout un chacun le sait, les réserves fondent comme neige au soleil et nous sommes déjà descendus sous la barre des 70 milliards de dollars après un sommet de plus de 189 milliards en 2013.

On a déjà consommé en quatre ans plus de 120 milliards, alors ce qui reste sera vite dilapidé puisqu’aucune solution n’a été trouvée au déficit de la balance des paiements. Nous avons proposé une de très sensée : le flottement du dinar avec subvention directe des produits de première nécessité aux citoyens les plus vulnérables. Mais on continue de subventionner d’une manière indirecte les produits de luxe au risque de continuer cette hémorragie de ressources. Le problème est que personne ne veut se responsabiliser sur la question et on est en droit de se demander s’il y a un pilote dans l’avion.

On évite toujours la question de fond

La question qui tracasse le plus nos décideurs actuellement est comment mobiliser plus d’épargne pour financer l’économie. On parle d’améliorer la collecte fiscale, ce qui est une préoccupation légitime ; de rationaliser les dépenses, mais personne ne dit comment et différentes orientations qui sont loin d’être opérationnelles. Mais arrêtons un instant et songeons au mode de fonctionnement passé de l’économie algérienne.

Dès la fin des années 60’, et mis à part la parenthèse des années 70’, l’économie algérienne n’avait pas un problème de ressources. Durant les années 70’, le taux d’investissement (45% du PIB) était le plus élevé au monde. La rentabilité de ces investissements était bonne dans le secteur des hydrocarbures, mais très faible dans le reste de l’économie. Durant les années 2000, on avait un excès de ressources, ce qui nous a permis de financer au-delà des capacités d’absorption de l’économie et en plus constituer des réserves de 189 milliards de dollars. Au cours de son évolution, et jusqu’à présent, le problème central n’a pas été le manque de ressources à investir.

La vraie question est que faire des ressources mobilisées pour éviter leur dilapidation ? Le problème central est comment utiliser ces ressources pour que cette fois-ci elles vont amorcer une nouvelle dynamique qui va induire une croissance durable et propulser le pays en nation émergente. Supposons que nous allions mobiliser avec efficacité les 50 milliards de dollars de l’informel, incorporer quelque 10 milliards de dollars supplémentaires de fiscalité récupérés par an, gagner encore 8 milliards de dollars par un meilleur ciblage des subventions. Qu’allons-nous faire avec ces ressources supplémentaires ? Disposons-nous d’une stratégie de développement, d’une organisation de l’Etat efficiente, de beaucoup d’entreprises de classe mondiale et d’institutions scientifiques de haut niveau qui vont transformer ces ressources en technologie, ressources humaines super qualifiées pour exporter, améliorer la productivité et créer une dynamique de développement ?

Le problème, ce ne sont pas les ressources

Tout le monde est polarisé sur comment obtenir plus d’argent pour financer l’économie, alors que le problème n’est nullement l’argent. Tant qu’on n’a pas compris cela, nous ne pouvons avancer nulle part. La Corée du Sud s’est développée avec très peu de ressources propres. L’aide américaine n’arrivait même pas à subvenir à l’alimentation de la moitié de la population d’un des pays les plus pauvres de la planète. Mais les maigres ressources agricoles exportées étaient investies dans une éducation de qualité, la science, la modernisation managériale, l’industrie du savoir et autres. La source la plus importante du développement provenait de l’endettement international (surtout allemand). Les ressources internationales sont transformées en industrie du savoir, en science, en management, en développement humain. La gouvernance de l’Etat était réglée comme une horloge avec un grand partage de pouvoir avec les scientifiques.

Il ne faut surtout pas compter sur l’endettement international pour nous tirer de cette situation dans notre cas présent. Ce serait de la folie. Nous avons eu déjà cette expérience avec le rééchelonnement des années 1990. Nous allons en répéter l’expérience si nous nous dirigions vers l’endettement international.

Les ressources seront vite dilapidées en direction de projets à surcoûts, d’interminables subventions d’entreprises publiques défaillantes (alors qu’il y en a de bonnes qu’on ne finance pas) et de financements tous azimuts de projets sans valeur ajoutée économique à long terme pour le pays. La véritable question à poser est : comment rendre nos entreprises et nos institutions administratives efficientes et compétitives ? Mais cette question est souvent évitée.

On préfère la fuite en avant. Comment mobiliser plus de ressources ? Mais pour en faire quoi ? Généralement, on va les dilapider comme par le passé. Qu’y a-t-il de nouveau dans le mode de fonctionnement de l’économie nationale qui fait que nous allons cette fois-ci faire les choses d’une manière différente ? Pour le moment, rien !

 

Par Abdelhak Lamiri

PH. D. en sciences de gestion



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!