Le centre privé Errahamates de Bounoura (Ghardaïa) : Un exemple de solidarité et de don de soi | El Watan
toggle menu
samedi, 08 août, 2020
  • thumbnail of elwatan08082020




Le centre privé Errahamates de Bounoura (Ghardaïa) : Un exemple de solidarité et de don de soi

21 mars 2019 à 10 h 00 min

Alors qu’il avait ouvert ses portes fin 2008 avec seulement neuf élèves et trois encadreurs, il en est aujourd’hui, soit dix ans après, à soixante-dix élèves et quarante encadreurs.

Entièrement réalisé sur fonds propres et fonctionnant grâce aux dons de particuliers et la générosité de bienfaiteurs, il s’autofinance par ailleurs en créant des activités intra-muros, notamment le conditionnement de dattes, revendues après mise sous vide dans des boîtes ou des barquettes, et la production de divers articles artisanaux, tels que des veilleuses fabriquées avec des troncs de palmiers, ou des poufs avec des boîtes de concentré de tomate vides placées en équilibre verticalement et drapées dans un beau tissu, pouvant supporter jusqu’à 150 kg.

Le centre psychopédagogique privé, Errahamates, de Bounoura, qui dispose d’une annexe à Guerrara, à 110 km au nord-est du chef-lieu de wilaya, accueillant pas moins de 62 enfants encadrés par 19 pédagogues, accueille actuellement 70 élèves, répartis en 15 petits groupes de 4 à 5 enfants par salle, dont deux salles extrêmement sensibles réservées à des enfants atteints de maladies plus ou moins lourdes, à savoir une pour les enfants atteints de maladies rares et une autre pour les enfants autistes.

Pour rappel, la wilaya de Ghardaïa dispose de dix centres psychopédagogiques, dont sept sont gérés par des associations qui les ont créés. Ce qui est nettement insuffisant par rapport au nombre sans cesse croissant d’enfants inadaptés à la recherche de ce type de centre pour pouvoir se développer.

Don d’un terrain de 680 M2

C’est d’ailleurs Azzedine Mechri, wali de Ghardaïa, invité par l’association caritative Errahamates, qui a posé la première pierre de ce nouveau centre psychopédagogique, qui sera construit sur un terrain de 680 m2, offert à l’association par un bienfaiteur qui est depuis peu décédé, ce qui a fait dire à Bakir Doudou, président de l’association, que cet homme a tenu à «emmener son bien avec lui dans l’au-delà, c’est un don qui lui est reconnu par notre Créateur».

Le projet devrait coûter, selon la fiche technique, pas moins de 150 millions de dinars, presqu’entièrement financé par des dons de bienfaiteurs et sera livré dans 36 mois. A son ouverture, le centre permettra, sans aucun doute, à beaucoup de personnes aux besoins spécifiques d’être médicalement, psychologiquement et pédagogiquement convenablement prises en charge et de desserrer l’étreinte sur le centre de Bounoura qui commence à sentir la saturation.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!