Tlemcen : Les harraga reprennent la mer | El Watan
toggle menu
jeudi, 03 décembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020




Tlemcen : Les harraga reprennent la mer

14 décembre 2019 à 9 h 15 min

Aucune nouvelle de ces jeunes, si ce n’est des conjectures et des hypothèses, souvent passionnées, d’internautes se basant sur des ouï-dire et des sources non vérifiées.

Des informations loin d’apaiser les proches qui sont de plus en plus angoissés. Des proches qui nous ont assuré qu’ils n’avaient aucune nouvelle de leurs enfants partis défier les lames enragées de la Méditerranée, par une nuit glaciale. Ils étaient douze, à la fleur de l’âge, à embarquer dans une barque à destination d’Almeria, dans l’Andalousie.

Sans rien dire à leur entourage, sans montrer l’ombre d’un signe indiquant qu’ils allaient quitter leurs quartiers, leurs mamans, leurs familles… Cette semaine, les obsèques du jeune de Ouled Bensaber ont été organisées, c’était extrêmement émouvant.

Les trois jeunes secourus et dont on ignore dans quelles conditions, seraient entre les mains de la police après leur hospitalisation. Devant le mutisme des services de sécurité, pour raison d’enquête, dit-on, l’on ne peut que penser que si les douze jeunes étaient dans la même barque, que l’un d’entre eux a trouvé la mort sans savoir comment et que trois autres ont été sauvés, l’on ne peut que souhaiter que les huit restants soient arrivés sur l’autre rive. On n’imagine pas l’issue fatale pour maintenir l’espoir.

Il y a quatre jours, la marine royale marocaine a secouru trois jeunes Algériens dans ses eaux. Leur embarcation avait échoué près de Saïdia, la côte orientale. Depuis moins de quinze jours, malgré les conditions climatiques hostiles, les jeunes de l’extrême ouest du pays ont pris la mer. On parle d’une centaine, dont certains ont gagné les côtes espagnoles, si l’on se fie à des vidéos postées par les jeunes «heureux conquistadors» en question.

Au lendemain de l’enclenchement du mouvement populaire, les harraga avaient marqué une trêve pour contribuer au changement du pays. Force est de croire que les semaines qui ont suivi les ont encouragés à reprendre la mer. Le drame de Maghnia, qui ne connaît pas vraiment des migrants au sein de sa population, exprime le ras-le-bol d’une jeunesse sans repères et ayant perdu tout espoir dans une Algérie tourmentée… à 48 heures d’une élection présidentielle rejetée…     

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!