Angleterre : Mort tragique d’un migrant originaire de Marsat Ben M’hidi | El Watan
toggle menu
lundi, 19 octobre, 2020
  • thumbnail of elw_30092020






Angleterre : Mort tragique d’un migrant originaire de Marsat Ben M’hidi

27 septembre 2020 à 10 h 24 min

Ammar Terbeche, la trentaine, originaire de Marsat Ben M’hidi (Tlemcen), a été assassiné, dimanche dernier à 3h à Rochdale, près de Manchester où il habitait, depuis 2017, date de son exil en Angleterre.

Selon le journal local Rochdaleonline et les témoignages d’un de ses amis, «la police a été appelée pour être informée qu’un homme était inconscient dans un parking près de l’Esplanade, près de Yates (…), selon l’enquête, la victime avait été agressée à la suite d’une conversation avec trois hommes. Il a été laissé pour mort sur la route. Quelques minutes après, la victime a été heurtée par un véhicule qui passait. C’est d’ailleurs le conducteur de ce dernier qui a alerté la police et les ambulanciers…» Malgré les efforts des paramédicaux, le jeune a été malheureusement déclaré mort sur les lieux.

Dimanche matin, un homme âgé de 22 ans, soupçonné du meurtre, a été arrêté par la police. Un deuxième suspect sera placé en garde à vue dans l’après-midi aussi. Aussitôt, la diaspora algérienne en Grande-Bretagne, en coordination avec le consul algérien à Londres, s’est fortement mobilisée pour s’occuper du rapatriement de la dépouille. Avant son exil, Ammar était directeur du complexe sportif de Marsat Ben M’hidi et membre fondateur d’une association sur l’environnement et le tourisme.

Dans l’édition d’El Watan du 21 août 2019, il nous confiait, nostalgique et triste : «J’étais au service de mon pays et je devais impliquer des jeunes doués et patriotes pour le développement de notre région, malgré le manque de moyens et les embûches que je rencontrais…»

Il pensait combattre la corruption, la bureaucratie, le tribalisme et l’injustice. «On m’a fait croire que j’étais le citoyen qu’il fallait pour le changement», disait-il, «J’ai constaté que mon nom a été utilisé pour donner une crédibilité à une liste électorale du parti au pouvoir, mais qu’en réalité, je n’y figurais que pour la forme, je me suis résolu à me retirer, mais ce n’était nullement possible. On m’a fait comprendre que si je m’obstinais à contester cette liste ou à vouloir me désister, je serais responsable des conséquences», relatait-t-il, dépité.

Il avait quitté la hogra dans son pays pour mourir par la bêtise humaine, loin des siens… Dors en paix, Ammar !

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!