Tiaret : Les pluies font apparaître les défaillances dans l’évacuation des eaux | El Watan
toggle menu
lundi, 13 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan13072020




Tiaret : Les pluies font apparaître les défaillances dans l’évacuation des eaux

10 septembre 2019 à 8 h 56 min

En dépit du BMS émis par météo Algérie depuis vendredi, on avait du mal à croire que les pouvoirs publics locaux, -et surtout l’ONA, qui travaille pour le compte de l’APC-, avaient vraiment pris la mesure du phénomène lié à ces pluies et bourrasques en cette fin d’été.

Et pour cause, il a fallu 10 minutes après qu’un orage est passé pour voir plusieurs artères et ruelles bloquées par les eaux, qui ne trouvaient pas d’issues tant les avaloirs étaient totalement obstrués. Cela est valable pour Tiaret, ainsi que pour l’ensemble des 42 communes de la wilaya. D’habitude, des opérations de curage sont entreprises pour soulager les réseaux d’assainissement de ces milliers de tonnes de sable et de plastique qui les obstruent.

On ne va pas s’attarder sur le pourquoi, tant l’unanimité se fait autour de l’incivisme, mais aussi du laisser-aller de tout le monde. Les appels de secours étaient nombreux avant-hier aux environs de 15H30, dès lors que certaines habitations cernées par les eaux se sont avérées être une menace pour leurs occupants. A Zaâroura, depuis le carrefour que traverse la voie d’évitement, jusqu’aux 200 Logements, l’intervention de la Protection civile a été prompte et salutaire.

La circulation automobile était difficile et celle piétonne impossible. Sur les hauteurs de la ville, depuis la cité Mohamed Bouhenni, des torrents de boue charriées par les eaux se sont déversées jusqu’à atteindre le bas de la descente en allant vers la ville. Dans la commune de Takhemaret, à l’extrême sud-ouest de Tiaret, le village Bounoual, qui a vu se réaliser un projet de voierie, voguait sous les eaux.

Il serait fastidieux d’énumérer tous les points noirs qui continuent de hanter les habitants, et surtout les habitants de vieilles masures, mais l’urgence requiert de sonner l’alerte sur un phénomène devenu réccurent et qui reste un cauchemar pour des milliers de citoyens, quand bien même des milliards de dinars auront été engloutis pour remettre à niveau l’infrastructure de base. Avant-hier, «des dizaines d’interventions ont été enregistrées et les différentes unités se sont déployées pour porter secours», atteste le chargé de la communication au niveau de la Protection civile, Rabah Boukhari.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!