Tiaret : Huit personnes écrouées dans l’affaire de la coopérative des céréales | El Watan
toggle menu
samedi, 21 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan21092019





Tiaret : Huit personnes écrouées dans l’affaire de la coopérative des céréales

03 août 2019 à 9 h 00 min

Huit prévenus sont accusés de «fraude dans la gestion de l’opération de distribution de 100 000
quintaux d’orge de consommation importé et destiné aux éleveurs de la région durant la période 2017/2018».

Le magistrat instructeur près le tribunal de Tiaret a écroué, jeudi, tard dans la soirée, huit personnes sur lesquelles pèsent des soupçons de «fraude dans la gestion de l’opération de distribution de 100 000 quintaux d’orge de consommation importé et destiné aux éleveurs de la région durant la période 2017/2018».

Le directeur, quatre magasiniers, un chef de service et deux agents de la coopérative des céréales et légumes secs de Tiaret sont présumés impliqués. Plusieurs autres accusés ont été laissés en liberté provisoire en attendant la suite de l’enquête judiciaire.

Auparavant, pas moins de vingt-quatre personnes avaient été présentées devant du procureur. Au total, ce sont plusieurs dizaines de personnes qui sont concernées par cette affaire, entre courtiers, magasiniers, cadres et éleveurs.

L’affaire a fait couler beaucoup d’encre, du fait de l’impact des scandales répétés dans ces entités agraires et les enrichissements qui suscitent une grande réprobation de l’opinion publique.

Depuis l’établissement de certificats complaisants de vaccination par des vétérinaires, sans constats effectifs, jusqu’aux bons de livraisons et factures, tout serait entaché d’irrégularités, mais a permis à tout un réseau de spéculateurs de tisser sa toile pour s’enrichir sur le dos des éleveurs, et bien sûr, du Trésor public, puisque l’OAIC, la tutelle des CCLS, n’arrêtait pas d’importer du blé de l’étranger, en contrepartie de lourdes factures.

Cette affaire intervient alors qu’à côté, à Mahdia, une autre affaire liée à un trafic sur le blé a valu pour l’heure la mise en détention préventive de 20 personnes.

Curieuse coïncidence, cela intervenait aussi au moment où la même juridiction a décidé la mise sous mandat de dépôt du caissier de l’unité BADR-Banque, située sur la route de Sougueur, dans l’affaire des dépôts de clients victimes. On parle de 53 milliards de centimes. D’autres affaires connexes risquent de rebondir si les enquêtes venaient à être bouclées.       


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!