Sougueur (Tiaret) : Le cri de détresse d’une jeune fille malade | El Watan
toggle menu
samedi, 01 octobre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Sougueur (Tiaret) : Le cri de détresse d’une jeune fille malade

14 octobre 2020 à 9 h 35 min

Jeudi 8 octobre 2020, direction village Benadhor Menaouer, connu sous le nom de Kherba, relevant de la commune de Sougueur, mais situé à quelques bornes du chemin de wilaya n° 6 reliant Sougueur à Aïn Bouchekif.

C’est d’ailleurs par cette dernière localité que nous avons pu atteindre, en compagnie du bureau de l’association Amel d’aide aux enfants atteints d’IMC, l’habitation des Khaldi, là ou réside Imène, 25 ans. Ahmed, le père, débonnaire et souriant malgré l’extrême pauvreté dans laquelle il vit, son épouse malade et ses trois filles, dont Imène, la plus âgée, attendai,t car c’est lui qui a contacté l’association pour voler à son secours.

«C’est moi qui prend soin d’elle et l’assiste car sa mère, comme vous le voyez, n’est pas assez costaud pour le faire», explique-t-il avant d’ajouter en réponse à une question de D. Khadidja, secrétaire de l’association, qu’il a dû cravacher dur dans le bâtiment et le travail journalier pour s’approprier ce logis…«mais les 3000 DA/mois que je perçois, ajoutés au 10 000 DA mois que verse l’Etat à Imène au titre de son infirmité leur permet de vivoter grâce notamment aux donations des bienfaiteurs».

Se faisant insistant sur ces préoccupations prioritaires, Ahmed dira qu’il a besoin d’aide «car Imène a besoin d’une bonne chaise roulante, de couches et de quoi manger et se vêtir». Un tour dans le minuscule patio dans lequel vit cette famille renseigne sur le degré de pauvreté.

La chaise d’Imène est brinquebalante et au coin un semblant de toilettes indignes. A l’abord, on imagine le dénuement mais aussi l’espoir de s’offrir une planche de salut quand Ahmed en était venu à nous conter quelques mésaventures. L’une d’elles a trait à une scène qui l’a mis aux prises avec un médecin local spécialisé dans l’urologie qui n’a pas admis il y a quelques mois que cet infatigable père pénètre dans son cabinet, Imène allongé dans ses bras engourdis du fait de la présence de beaucoup d’autres patients et de cette histoire qu’il a vécue du temps de l’ex-wali. «Un jour, alors que la délégation officielle passait bruyamment par ce chemin, l’ex-chef de l’exécutif m’avait aperçu moi et Imène affalés sur un talus. En venant à notre rencontre et ayant pris acte de ma situation sociale, il avait promis une petite aide et une chaise pour Imène.». Inutile de vous conter la suite, rocambolesque et éreintante, emballé d’un bureau à un autre…sans rien !

Avant de prendre congé de cette autre pauvre famille de l’Algérie profonde, l’association lui tint un discours compatissant non sans lui promettre de petites aides, elles aussi conditionnées par l’implication d’âmes charitables sollicitées.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!