Ksar Chellala (Tiaret) : Une wilaya déléguée en quête de développement | El Watan
toggle menu
mercredi, 28 septembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Ksar Chellala (Tiaret) : Une wilaya déléguée en quête de développement

26 décembre 2019 à 9 h 00 min

Ksar Chellala, l’une des localités les plus peuplées et surtout les plus déshéritées de la wilaya de Tiaret, devrait opérer sa mue et susciter une dynamique de développement autrement plus soutenu, maintenant qu’elle a été promue au rang de wilaya déléguée.

Promue sur le papier en qualité de wilaya déléguée, la ville de Ksar Chellala, l’une des localités des plus peuplées et surtout des plus déshéritées de la wilaya de Tiaret, devrait opérer sa mue si l’on se fie à la demande pressante de ses habitants de faire valoir à cette entité administrative une dynamique de développement autrement plus soutenue.

Cela passe, diront les habitants de cette commune chère à feu Saad Dahlab, «par le dégel de certains projets liés à l’amélioration des conditions de vie, d’études et sanitaire dont souffrent les citoyens» pour ne citer que ceux-ci.

Si, pour le secteur de la santé, M. Mokhtar, qui semble mesurer pleinement les désagréments subis par les populations de ces contrées steppiques quant à leur prise en charge sanitaire, il déclare que «Ksar Chellala, qui bénéficie actuellement de la réhabilitation de l’unité des urgences médico-chirurgicales, le taux d’avancement des travaux de cette unité est estimé à 80%» alors que pour la demande de la réalisation d’un hôpital, «la DSP a acquis l’étude dont a bénéficié la localité et la réalisation a été promise par son département ministériel pour 2020», fait-il savoir.

Nul doute que la prise en charge sanitaire décriée du fait des aléas liés à l’absence de spécialistes et surtout de l’éloignement de la ville du chef-lieu de wilaya à près de 120 kilomètres on comprend le cri de détresse des populations. En plus du volet santé, celui lié à l’enseignement supérieur, même s’il est relativement bien nanti, il n’en demeure pas moins que la carte souffre d’un déséquilibre du fait des retards liés à la réalisation d’un pôle pédagogique de 1000 places et d’une cité universitaire 500 lits.

Ce pôle universitaire relevant de l’université Abderrahmane Ibn Khaldoun aspire dans un futur proche en l’aménagement de l’annexe en un centre universitaire. Le troisième grand souci pour la population de Ksar Chellala demeure l’absence d’une gare routière.

Les transporteurs, publics comme privés, et surtout les usagers sont la proie à une situation anarchique où les stationnements sont aléatoires. Réaliser en urgence une gare à la dimension de la ville reste une demande basique pour une ville qui a près de 100 000 âmes.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!