Violences faites aux femmes et aux filles : Lancement de la campagne «Tolérance zéro» à Oran | El Watan
toggle menu
mercredi, 16 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191016





Violences faites aux femmes et aux filles : Lancement de la campagne «Tolérance zéro» à Oran

12 octobre 2019 à 9 h 05 min

Le but est d’inciter l’ensemble de la société à se dresser contre les violences faites aux femmes et aux filles et également contribuer à faire changer les mentalités tout en procédant à une évolution de la législation.

L’association Fard (Femmes algériennes revendiquant leurs droits) et l’initiative Féministe EuroMed, – en consortium avec 8 organisations des droits des femmes –, viennent d’engager une campagne médiatique répondant au nom : «Tolérance zéro» en vue de faire face aux violences faites aux femmes et aux filles.

Il s’agit, en fait, d’une vaste campagne de dimension internationale, financée par l’Union européenne, et à laquelle l’Algérie prend part, par le biais de l’association Fard.

A cet effet, une conférence de presse a été organisée, dimanche dernier, dans le local de cette association féministe, qui se trouve à Oran. Cette initiative, nous explique-t-on, entre dans le cadre «de la Campagne régionale de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles dans la région Sud de la Méditerranée».

Le but est d’inciter l’ensemble de la société à se dresser contre les violences faites aux femmes et aux filles et également contribuer à faire changer les mentalités tout en procédant à une évolution de la législation. «Cette campagne médiatique tend à sortir la violence de la sphère privé. Elle encourage la prise de parole et le récit des expériences vécues de la violence en utilisant le hashtag en langue arabe ‘Wenti wesh-hia-qestek’ (nldr :

Et toi, quelle est ton histoire /quel est ton problème?)», explique un communiqué qu’on nous a remis qui précise, par ailleurs, que ledit hashtag «invite les femmes à partager en ligne leur témoignage, tout en engageant les hommes à se joindre au refus de cette injustice et à blâmer les auteurs des violences et non plus les victimes». En outre, affirme-t-on, cette campagne «met également à la disposition des femmes une plateforme où elles peuvent avoir accès, en toute sécurité à des informations sur les services aux victimes».        


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!