Journée de la ville : Une exposition à thèmes multiples pour célébrer l’événement | El Watan
toggle menu
jeudi, 24 juin, 2021
  • thumbnail of elwatan10062021



Journée de la ville : Une exposition à thèmes multiples pour célébrer l’événement

21 février 2019 à 10 h 00 min

La Journée nationale de la ville a été marquée, cette année, à Oran, par l’organisation d’une exposition à thèmes multiples, qui se tient jusqu’à dimanche dans la grande salle du siège de l’APC.

La Journée nationale de la ville a été marquée, cette année, à Oran, par l’organisation d’une exposition à thèmes multiples, qui se tient jusqu’à dimanche dans la grande salle du siège de l’APC. Le fait marquant de cet événement concerne les travaux de thèses des étudiants du département d’architecture, coordonnés par Djillali Tahraoui, enseignant et directeur de la publication Madinati, la revue de l’urbanisme, de l’architecture et de la construction.

«Ce sont des travaux à mi-parcours, c’est-à-dire qu’ils seront finalisés vers la fin de l’année universitaire, mais qui embrassent l’ensemble du périmètre urbain, avec les spécificités de chaque zone, à commencer par le quartier historique de Sidi El Houari», explique l’architecte, avant de proposer un tour d’horizon des plans et maquettes présentés aux visiteurs. L’intérêt ici est de voir comment la jeune génération des futurs urbanistes et architectes se projette dans cet espace et quelles sont les aménagements qu’elle propose. Certains sont déjà particulièrement sensibles à la nécessité d’intervenir à l’intérieur du périmètre urbain existant.

«Notre projet consiste, à travers un ensemble d’aménagements divers et sur des terrains disponibles, à établir une jonction entre le centre historique et l’actuel centre-ville datant de la période coloniale», indiquent MajdaTahraoui et Imad Bouhenna. Un autre binôme avance le concept d’«acupuncture urbaine», en s’intéressant au quartier Miramar, datant de la période coloniale, mais relativement mieux conservé, comparé au quartier de Sidi El Houari. «Il s’agit d’effectuer des interventions ponctuelles à des endroits bien précis, mais qui, prises dans leur ensemble, permettent de revaloriser tout le quartier, autant au profit des habitants que des visiteurs», explique Sara Ait Sadi. D’autres projets traitent des nouvelles zones de concentrations urbaines.

Cette manifestation est également ponctuée par une série de photographies réalisées par Bel Horizon, à la demande du paysagiste Samir Slama, qui prépare un ouvrage sur les vieux arbres urbains de la ville d’Oran, qu’ils soient de rue ou de jardins. Il s’agit pour ce paysagiste et pour l’association dont il est membre d’attirer l’attention sur les spécificités de ce patrimoine, mais surtout sur la manière de le gérer pour éviter sa disparition.

Un panneau spécifique a été consacré à la nouvelle initiative concernant la professionnalisation d’une formation universitaire, une parmi d’autres, qui sera lancée à l’USTO dans la catégorie environnement et qui tient compte justement des paysages urbains (aménagement des places, des jardins publics, etc.). Comme l’esthétique urbaine concerne également les façades, un travail de photographe, coordonné par Nora Zair, s’est intéressé aux balcons déclinés sur toutes les formes. «Nous ouvrons l’espace pour les citoyens afin, résume le maire d’Oran, Noureddine Boukhatem, de contribuer à la prise de conscience de la nécessité de prendre soin de la ville».


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!