Mascara : L’anarchie s’empare de la circulation automobile | El Watan
toggle menu
mercredi, 17 juillet, 2019
  • thumbnail of elwatan17072019


  • Pub Alliance Assurance





Mascara : L’anarchie s’empare de la circulation automobile

29 mai 2019 à 8 h 30 min

Au chef-lieu de wilaya, ils sont très nombreux ces automobilistes qui garent leur véhicule comme ils veulent et où ils veulent.

Dans certains endroits de la ville, les voitures sont garées sur les trottoirs. D’autres automobilistes, pour faire leurs courses ou autres besoins, préfèrent stationner en deuxième position dans les ronds-points et même devant les feux tricolores qui se trouvent à proximité des commerces. La circulation automobile est devenue cauchemardesque.

Elle fait partie des principaux problèmes qui nuisent au quotidien de la population. «La circulation dans la ville de Mascara est devenue ingérable, stressante et angoissante», témoigne Mokhtar, un septuagénaire retraité de la Gendarmerie nationale. Et d’ajouter : «Le Code de la route n’est plus respecté. Certains individus conduisent en égoïstes, comme ils se comportent dans la vie.

D’autres, profitant du laisser-faire et laisser-aller, stationnent leur voiture où ils veulent et comme ils veulent ! Triste réalité que nous vivons.» Le phénomène, plus fréquent dans les grandes villes de la wilaya, est aggravé par les stationnements anarchiques des transporteurs clandestins, dont le nombre est en nette augmentation.

Ce phénomène du stationnement illicite est devenu une pratique courante. Les moindres espaces vides, y compris les trottoirs, sont squattés par des automobilistes et même par les commerçants. Partout, dans toutes les villes de la wilaya de Mascara, les trottoirs sont carrément interdits aux piétons. Devant les restaurants, cafétérias, supérettes en particulier, et les boulevards commerciaux, le stationnement anarchique est devenu l’une des principales causes des embouteillages qui minent les villes de Mascara et empoisonne le quotidien des citoyens.

Même les commerçants s’accaparent de la chaussée et des trottoirs au vu et au su de tout le monde. Afin d’empêcher le stationnement de véhicules, ces commerçants posent des bacs, des fûts, des cageots de fruits et de légumes, des échelles et autres objets hétéroclites devant leurs locaux commerciaux sur le trottoir et même sur la chaussée.

Les trottoirs sont difficilement praticables et carrément inaccessibles aux piétons. Déjà trop étroits et abîmés, les trottoirs sont envahis par les adeptes du commerce informel et autres commerçants légaux, qui préfèrent écouler leurs marchandises en dehors de leurs boutiques. «Les trottoirs ont disparu du tissu urbain de nos villes. Ils sont occupés illégalement, en plus des chaussées, par les commerçants de tous les genres», dénonce un citoyen, gêné par ces vendeurs qui l’obligent à emprunter la chaussée.

Pis encore, de nombreux commerçants se sont carrément appropriés les espaces situés devant leurs magasins. Ils les ont transformés en terrasses de cafés, en étalages illicites de produits de tous genres et même en prolongements de leurs magasins. «Le phénomène à pris une ampleur inquiétante. Au centre-ville, certains commerçants gênent publiquement la circulation des piétons et des automobilistes», témoigne un quinquagénaire.

Chaque jour et devant une telle situation d’occupation illégale des espaces publics par certains commerçants qui font fi des lois, les piétons, notamment les enfants, les handicapés et les personnes âgées, sont contraints d’utiliser la chaussée comme espace piéton et d’affronter les risques de la circulation automobile. C’est l’anarchie régnante.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!