Des décharges sauvages devenues des pâturages ! | El Watan
toggle menu
mardi, 25 juin, 2019
  • thumbnail of elwatan20190625
  • Pub Alliance Assurance

Dégradation de l’environnement à Chlef

Des décharges sauvages devenues des pâturages !

12 juin 2019 à 9 h 00 min

Lors de sa récente visite dans la commune de Chettia, deuxième grande localité après Chlef, le wali de Chlef a été surpris par l’image surréaliste de vaches laitières se nourrissant de déchets au milieu de la décharge sauvage érigée dans cette agglomération.

Il a aussitôt ordonné sa fermeture et demandé à la directrice de l’environnement et les autorités de la commune de Chettia et de la daïra d’Ouled Farès d’organiser une vaste opération d’éradication de ce point noir, afin de protéger la santé des riverains et de rouvrir la route menant à Medjadja. Ceci en attendant l’aménagement d’un lieu adéquat pour le dépôt des déchets ménagers provenant de la région.

La direction de l’environnement y  a prévu un centre d’enfouissement, mais le projet tarde à être inscrit par le ministère de tutelle, a-t-on appris d’une source proche du dossier. Il faut dire que, d’une manière générale, le paysage  urbain ne cesse  de se dégrader à une allure vertigineuse, que ce soit dans les agglomérations urbaines ou dans les zones rurales.

Les citoyens reprochent aux collectivités locales leur inaction en matière de collecte des déchets et de propreté de la voie publique et des cités. Les élus, pour leur part, se plaignent du manque de moyens humains et matériels et surtout de la baisse drastique des budgets accordés aux communes au titre des Plans communaux de développement.

La récente dotation financière attribuée aux APC sur le fonds commun des collectivités locales (FCCL) ne représente à leurs yeux qu’une «goutte dans l’océan des besoins» tant le déficit dans ce domaine est énorme. «Nous n’arrivons pas à établir un juste équilibre entre les besoins de la population  et l’accès aux crédits nécessaires. Nous avons besoin de l’aide des  directions de l’exécutif de wilaya concernées pour suppléer  cette carence», nous a confié un élu de l’exécutif communal de Chlef.

Cette déclaration résume le sentiment général qui prévaut à ce propos au sein des assemblées locales. Si un effort a été consenti en matière d’éradication des décharges sauvages dans certains centres urbains, il reste que beaucoup d’autres, à l’image de Beni Haoua, Chettia, Boukadir et Ouled Fares, restent dépourvus d’infrastructures de traitement des déchets . 

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!