Chlef : Tapage nocturne et nuisances dues aux motos dans la ville | El Watan
toggle menu
jeudi, 17 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191017





Chlef : Tapage nocturne et nuisances dues aux motos dans la ville

17 octobre 2018 à 23 h 13 min

Les habitants de Chlef se plaignent des nuisances sonores qui envahissent le centre-ville et qui se font récurrentes, surtout la nuit. Des phénomènes qui font leur apparition dans la wilaya de Chlef et qui sont, pour le moins, nuisibles à la quiétude des citoyens.

Ce genre de phénomène est encouragé par l’impunité et le laxisme des services concernés. Sinon comment expliquer le silence étrange observé face au tapage nocturne incessant provoqué par les cortèges de mariage à une heure tardive de la nuit, causant de sérieux désagréments aux citadins ?

Des habitants qui ont pris attache avec la rédaction d’El Watan disent ne pas comprendre comment de tels dépassements avec leur lot de vacarme et de nuisances sonores répétées sont tolérés en violation de la réglementation régissant les fêtes de mariage pendant la nuit.

L’autre phénomène, tout aussi néfaste pour les habitants, est sans conteste la circulation anarchique et bruyante des motos au centre-ville. On croyait que cela allait être endigué grâce à l’arrêté de wilaya promulgué en mai 2018, mais il n’en est rien, puisque cette nouvelle menace pour les piétons et les automobilistes ne cesse de prendre de l’ampleur.

En effet, des jeunes à bord de motos, acquises à coups de dizaines de millions de centimes, s’approprient, chaque soir, des rues entières de la ville sans être inquiétés par qui que ce soit.

Ils circulent sans casque ni assurance, souvent en sens contraire, et se faufilent entre les véhicules, mettant ainsi en danger leur vie et celle des autres. Selon une source policière, plus de 300 motos ont été saisies et mises en fourrière ces derniers mois, mais cela n’a pas pour autant diminué la capacité de nuisance de ces engins.

Au contraire, leur nombre ne cesse d’augmenter au fil des semaines. «La responsabilité, selon la même source, incombe, en premier lieu, aux parents, qui n’hésitent pas à offrir à leurs enfants ces engins de la mort sans se soucier de leur sécurité ni de celle d’autrui». Mais cela ne dispense tout de même pas l’Etat, dans sa mission cardinale qui est la protection des personnes et des biens, d’appliquer scrupuleusement les dispositions du code de la route auprès de cette catégorie de conducteurs échappant à tout contrôle.                         


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!