Chlef : Des centaines d’hectares de terres agricoles inexploitées | El Watan
toggle menu
samedi, 07 décembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191207
  • Massage Tunisie




Chlef : Des centaines d’hectares de terres agricoles inexploitées

02 décembre 2019 à 9 h 00 min

Le projet d’irrigation du nouveau périmètre agricole de Bir Saf Saf, qui ambitionnait de devenir «l’eldorado» du grand Cheliff et du centre-ouest du pays, est à la traîne : une bonne partie de ce périmètre agricole, d’une superficie de plus de 5000 hectares, n’est toujours pas exploitée.

Beaucoup ont certifié que le nouveau périmètre agricole de Bir Saf Saf, dans la commune d’Oued Fodda, à l’est de Chlef, allait devenir «l’eldorado» du grand Cheliff et du centre-ouest du pays, à la faveur de la réalisation d’un ambitieux projet d’irrigation pour un cout global de 580 milliards de centimes.

Malheureusement, il n’en est rien, puisqu’une bonne partie de ce périmètre agricole, d’une superficie de plus de 5000 hectares, n’est toujours pas exploitée, notamment les fameux 1500 hectares qui attendent depuis des années leur affectation aux exploitants dans le cadre le cadre de la concession agricole.

Aucune explication n’a été fournie à ce jour quant aux raisons du blocage de cet important potentiel foncier, ni sur la mise en service timide du réseau d’irrigation au profit des fellahs de la partie Est de la vallée du Cheliff.

Ce n’est certainement pas la faute à l’ONID, qui a achevé depuis longtemps le projet en question, mais bien aux services agricoles notamment, qui selon nos informations, tardent à prendre le relais de l’office de l’irrigation pour intégrer le maximum des agriculteurs dans le nouveau périmètre qui s’étend sur plusieurs communes. Conséquences : nombre d’exploitations agricoles souffrent du manque d’eau pendant que le réseau d’irrigation reste inutilisé et le chômage gagne de plus en plus les zones rurales.

On peut dès lors s’interroger sur l’utilité d’un aussi grandiose projet d’irrigation qui a englouti plus de 580 milliards de centimes dans le cadre du réaménagement et de la protection de la plaine de Bir Saf Saf contre les inondations.

Les travaux menés par des entreprises nationales, sous la direction de l’ONID, ont consisté en le redressement du lit de l’oued Cheliff sur 15 km, la construction de digues et la mise en place d’ouvrages d’irrigation sur une grande surface, entre autres.

Il faut rappeler que cette plaine, qui était autrefois l’un des plus importants pôles agrumicoles de la région, avait été ravagée par les crues répétées avant d’être réhabilitée et mise à la disposition des services agricoles et des professionnels du secteur, mais sans résultats apparents.           


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!