Sidi Bel Abbès : Le cri de détresse d’un bouquiniste | El Watan
toggle menu
mardi, 09 août, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Sidi Bel Abbès : Le cri de détresse d’un bouquiniste

24 décembre 2020 à 9 h 54 min

il s’appelle Ryad Jouhari, la quarantaine déjà entamée et c’est au centre-ville de Sidi Bel Abbès qu’il avait l’habitude de proposer, sur une table en bois rétractable, de vieux bouquins à la vente.

Il avait, dans un premier temps, pris ses quartiers à l’angle du Boulevard Mohamed V avant de s’installer quelque mètres plus loin, à proximité de l’entrée secondaire du siège de la wilaya. Mais voilà que, depuis quelques mois, la silhouette du longiligne Ryad a déserté les lieux et ses livres avec.

Tout comme les nombreux passants habitués à marquer une halte, fréquemment, devant l’étalage du bouquiniste. La cause ? Le vendeur de livres n’a pas eu droit à l’autorisation administrative qui lui permet d’exercer son activité. Une autorisation qu’il doit renouveler chaque année, explique-t-il, dans un message posté dimanche sur les réseaux sociaux.

Dans son message, Ryad affirme avoir entamé toutes les démarches nécessaires pour récupérer cette fameuse autorisation, sans succès. «J’ai formulé plusieurs demandes d’autorisation, mais jusqu’à maintenant je n’ai eu aucune réponse, explique-t-il. Je fais appel aux responsables de la municipalité et de la wilaya pour pouvoir reprendre l’activité et renouer avec un métier que j’exerce depuis bientôt 20 années.» Le message de Ryad Jouhari a, depuis sa publication, suscité beaucoup de réactions sur la Toile, mais aussi au sein de l’opinion publique locale qui lui a exprimé tout son soutien et s’est joint à son appel adressé aux autorités locales.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!