Sidi Bel Abbès : Le classement des sites historiques est urgent ! | El Watan
toggle menu
lundi, 09 décembre, 2019
  • thumbnail of 20191209



  • Massage Tunisie

Sidi Bel Abbès : Le classement des sites historiques est urgent !

03 décembre 2019 à 9 h 00 min

La démolition partielle d’un ancien rempart, d’une longueur de trente mètres, l’un des derniers témoins de la construction de la ville de Sidi Bel Abbès, ne cesse de susciter moult réactions dont celle des défenseurs du patrimoine local.

L’opération de démolition, exécutée il y a quelques jours, intervient dans le sillage de travaux d’aménagement de l’école des sous-officiers de la gendarmerie nationale de Sidi Bel Abbès. «Je refuse d’accuser quiconque dans la destruction du mur. La faute revient à ceux qui devaient protéger leurs repères historiques avec un engagement militant quotidien et désintéressé», estime le Dr Reffas, secrétaire général de l’association Espace.

«Notre réveil tardif vis-à-vis de la préservation de mur, je le comptabilise comme étant une action ponctuelle (…) Une mobilisation est plus que nécessaire pour préserver ce qui reste de notre patrimoine historique et archéologique».

Selon lui, les responsables de l’école de gendarmerie ont pris l’engagement de préserver l’unique pilier de l’ancienne porte de Tlemcen et de procéder à la reconstruction du mur constitué de meurtrières, et ce après la récupération des blocs de pierres. Mais les règles de la réhabilitation d’un site historique, «ne veut pas dire sa destruction et puis sa reconstruction en utilisant des matériaux modernes, en le déplaçant de sa position initiale modifiant complètement sa structure», souligne-t-il.

«Dans la matinée du 30 novembre 2019, j’ai été surpris de constater des ouvriers en train de prendre des précautions pour récupérer les blocs de pierres ayant servi à la construction du mur», explique-t-il.

Pour lui, le manque de concertation et le désintérêt affiché envers la préservation des sites historiques ont, de tout temps, conduit à des situations bien plus graves et hautement préjudiciables pour le patrimoine local. Pour parer à de pareilles situations équivoques, le Dr Reffas estime qu’il est du devoir du mouvement associatif d’insister auprès de la Direction de la culture afin d’activer l’installation de la commission de wilaya d’étude et de classement des sites historiques, archéologiques et de caractère artistique, prévue dans la loi sur la préservation du patrimoine culturel (articles 11, 12,13 et 17 de la loi 98/04 relative à la protection du patrimoine culturel).

«La participation citoyenne dans la préservation du patrimoine doit jouer un rôle prépondérant  de sentinelle dans les actions entreprises par les associations afin de mieux maîtriser ce que l’on défend», affirme l’association Espace. «La participation citoyenne valorise la protection du patrimoine pour une meilleure transmission dans l’écriture de l’histoire de notre wilaya, qui veut dire que tout citoyen à le devoir de contribuer efficacement à la sauvegarde du patrimoine historique, archéologique et architectural».

En ce sens, les sites antiques de Robba du M’cid, de Souabria, de Kapputtasacorra (Chanzy-Ténira), de Tassilis (Tessalah), les sites architecturaux et militaires de la colonisation française, les sites historiques de caractère artistique notamment le jardin public, le lac de Sidi Mohamed Benali, l’arbre de fer de Sfisef et les maisons de maître et immeubles dont l’empreinte architecturale est Parisienne c’est à dire Haussmannienne (XVIIé siècle) «doivent, poursuit l’association Espace, être revisités pour un classement définitif à l’échelle wilaya».

Cette première action protégera les sites cités contre toute probable atteinte à l’intégrité historique et archéologique du patrimoine local, insiste l’association Espace. Et de rappeler le rôle prépondérant que joue l’association Bel Horizon d’Oran, qui demeure un exemple de militantisme dans la valorisation du patrimoine oranais, ainsi que celui de l’association ASPEWIT de Tlemcen, dans la préservation et la réhabilitation de l’environnement architectural.

«Quant à notre association, elle est à l’image de la société civile Bélabésienne. Cette dernière n’arrive pas à s’organiser autour des objectifs à atteindre, et ce dans tout les domaines. On se limite à des actions épisodiques, sinon démagogiques et intéressées (…) Une prise de conscience locale en faveur de la sauvegarde du patrimoine ancestral ou contemporain, aboutira certainement à enrayer toutes les entraves quelles que soient les origines», conclut l’association Espace.       


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!