Saïda : Le cadran solaire, une œuvre d’art restaurée | El Watan
toggle menu
samedi, 01 octobre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Saïda : Le cadran solaire, une œuvre d’art restaurée

07 septembre 2018 à 23 h 58 min

S

Un cadran solaire est un instrument silencieux et immobile qui indique le temps solaire par le déplacement de l’ombre d’un objet de forme variable, le gnomon ou le style, sur une surface, la table du cadran, associé à un ensemble de graduations tracées sur cette surface.

Beaucoup d’encre et de salive ont coulé depuis quarante ans à partir de la journée où un chauffard a détruit le stylet du cadran solaire de précision situé en plein centre-ville. Les différentes APC qui se sont succédé ont toujours promis sa restauration, elles ont toutes reporté leurs promesses aux calendes grecques. Il a fallu attendre l’initiative d’une spécialiste en archéologie, experte junior en inventaire, en l’occurrence Medjoub Fouzia, native de la ville.

Elle fit le nécessaire, contacta ses anciens professeurs d’archéologie qui répondirent à l’appel pour la restauration de ce joyau. Une équipe, composée de neuf enseignants universitaires et étudiants de Sétif et d’Alger, a travaillé d’arrache-pied pendant dix jours bénévolement pour terminer, hier, les travaux de restauration, aidés par la direction de la culture et l’APC de Saïda pour la prise en charge.

Pour Filah Mohamed El Mostefa, professeur universitaire d’Alger 2 et directeur du laboratoire d’archéologie antique et l’archéométrie : «Nous n’avons pas trouvé la pièce d’origine, les sections larges et longues de marbre sont indisponibles sur le marché, on a collé deux pierres de 2 centimètres l’une et une autre de 3 centimètres représentant les 5 centimètres du marbre officiel, c’est un monument structurellement bon, nous avons comblé deux cents mètres de fissurations, ce qui est énorme pour un tel édifice, on s’est occupé des écritures, on a nettoyé, on a repeint le cadran solaire avec une peinture spéciale contre l’humidité.»

A propos du cadran solaire en tant qu’objet d’art, objet scientifique et témoin historique et archéologique d’une époque, d’un mode de pensée, il existe trois cadrans solaires en Algérie, à Saïda, Naâma et Aïn Sefra. Le cadran de Saïda est le plus grand, le plus beau, le plus complet en informations astronomiques. Sur ce bel édifice architectural, érigé sur l’initiative de docteur Rehm, maire exécuté par les légionnaires du détachement de Saïda, on peut lire les inscriptions gravées l’année de sa construction.

Une collation, dans une ambiance bon enfant, a été offerte aux archéologues dans le café El Mouloudia, des cadeaux symboliques ont été distribués à tous ceux et toutes celles qui ont contribué à la rénovation de ce cadran tant oublié. Une nouvelle ère semble s’ouvrir pour les Saïdis, le cadran solaire est opérationnel, tout le monde s’arrête pour voir l’heure, puis consulte les montres. Est-ce un renouveau, un déclic pour la wilaya ? L’avenir nous le dira.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!