Relizane : Rush sur les jets d’eau pour se rafraîchir | El Watan
toggle menu
jeudi, 22 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190822




  • Pub Alliance Assurance

Relizane : Rush sur les jets d’eau pour se rafraîchir

07 août 2019 à 8 h 21 min

Devant l’insuffisance des piscines dans les milieux urbains, les enfants de Relizane se rabattent sur les quelques jets d’eau pour se rafraîchir. «Ces lieux sont devenus notre seul recours pour nous baigner et atténuer l’ampleur de l’effet de la canicule qui sévit en ces temps dans la région», a souligné Amin, un enfant de la cité Graba, venu se jeter dans le bassin de l’esplanade située face à la mairie.

Il ajoute : «Nous sommes des démunis et surtout les oubliés des responsables du mouvement associatif, qui organisent cycliquement des voyages sur la grande bleue.» Un autre n’a pas manqué d’exprimer sa déception devant la fermeture de la piscine municipale. Cette situation n’a pas manqué d’attirer l’attention des avertis, qui n’ont pas manqué de souligner leur désolation. «La natation était la fierté de Relizane», a renchéri Miloud, la soixantaine, en affirmant : «Alors qu’elle était encore une petite ville de quelques dizaines d’habitants, Relizane disposait d’une piscine municipale, un vrai bijou architectural, malheureusement amoché par des travaux d’aménagement qui n’en finissent pas.» A vrai dire, les travaux de rénovation de cette piscine, lancés depuis des années, traînent dans le temps.

Même Mme le wali a, lors de sa dernière visite sur les lieux, piqué une colère et demandé à l’entreprise d’accélérer ses travaux. «Faites vite et libérez l’infrastructure vers la fin du mois en cours», a-t-elle lancé en direction de l’entrepreneur. A Bormadia, la nouvelle ville, la mini-piscine communale édifiée dans les premières années du siècle est dans un état déplorable. Les municipalités se sont succédé depuis, mais l’infrastructure est toujours à l’abandon.

Cette situation n’a pas laissé indifférents les habitants de la cité, qui se sont à chaque fois manifestés pour réclamer la réhabilitation de ce bassin ô combien utile pour eux. «Depuis plus d’une dizaine d’années, la piscine est sans vie, sa dégradation est manifeste, mais les responsables ne semblent pas s’en soucier», a renchéri un jeune, qui signale : «L’état de cette infrastructure est synonyme de dilapidation de deniers publics.» Faut-il alors ouvrir une enquête sur la situation de tels cas ?


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!