Relizane : La prime d’aide à la scolarité fait des mécontents | El Watan
toggle menu
mercredi, 13 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan13112019


Relizane : La prime d’aide à la scolarité fait des mécontents

09 septembre 2019 à 8 h 42 min

Pour les premiers jours de la rentrée scolaire, les parents d’élèves démunis ont investi collèges et lycées où étaient affichées les listes des bénéficiaires de la subvention scolaire, une prime initiée pour leur venir en aide.

Cependant, «ce ne sont pas toujours les personnes dans le besoin qui profitent de cette opportunité financière, relevée cette année à 5000 DA pour chaque scolarisé», nous explique un quadragénaire devant l’espace où sont placardées les listes, à l’entrée principale du CEM Ahmed Benbahouna, sis à Oued Djemaâ, cité située à quelques 13 km à l’est du chef-lieu de wilaya. «Je chôme depuis des années, je suis père de quatre enfants, tous scolarisés, et la commission ne m’a attribué qu’une seule aide, soit 5000 DA, au moment où d’autres personnes, plus aisées, en ont également bénéficié».

Il ajoute : «Est-il logique ou légal qu’un éleveur potentiel ou un exploitant agricole ouvre droit à une pareille subvention destinée pour normalement exclusivement aux seuls démunis ?» Un autre n’a pas caché son étonnement en criant : «Regardez ces voitures et ces tracteurs, leurs propriétaires sont tous bénéficiaires de cette aide !»

D’autres n’ont pas cessé de réclamer l’ouverture d’une enquête pour débusquer les intrus. «L’Etat doit sévir contre ces opportunistes, qui ne reculent devant rien pour s’offrir, voire s’accaparer, ce qui revient aux démunis», a clamé un autre, la quarantaine, au visage ridé. «J’ai vieilli à la fleur de l’âge, la misère m’a rongé et me voilà privé de cette allocation, alors que les fellahs et les commerçants sont retenus par la commission», a-t-il soutenu en lançant : «Je suis victime d’une manifeste hogra, au moment où le peuple s’est soulevé depuis le 22 février dernier pour dénoncer ces pratiques d’injustice !» Plusieurs voix se sont jointes à la sienne en appelant à l’épuration de ces listes et à la traduction devant la justice de tous ceux qui ont frauduleusement bénéficié, car, disent-ils, l’alibi de ces faux démunis est qu’ils ne sont pas affiliés à la CNAS.

De sont côté, un membre de la commission chargée de l’étude des dossiers a souligné que toutes les personnes retenues par la commission ont déposé des dossiers complets. «Nous sommes astreints à la réglementation !». Cela dit, entre l’application de la loi et la réalité du terrain, le fossé est important, puisque les personnes dites «nanties», encore en activité, refusent de se déclarer à la CNAS ou à la Casnos, et par là même enfreignent la loi et profitent de sa largesse, au détriment des pauvres qui sont privés de tout.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!