D’importants projets de développement local accusent des retards | El Watan
toggle menu
jeudi, 23 janvier, 2020
  • thumbnail of elwatan23012020

D’importants projets de développement local accusent des retards

09 décembre 2019 à 9 h 00 min

Le premier projet qui tient à cœur la population locale et qui accuse un retard de plus d’une année est celui de l’acheminement de l’eau potable à partir de la région de Oued Namous (180 km au nord) vers les villes de Béchar, de Kénadsa et la région d’Abadla.

La réception de ce projet tant attendue a été reportée au moins trois fois au cours de l’année 2019. Selon des informations recueillies auprès des services concernés, le projet est entièrement achevé (pose des canalisations, édification des châteaux d’eau et stations de pompage etc.) avec des récents essais qui seraient concluants.

Selon ces informations, la difficulté pour la réception définitive du projet en question résiderait dans l’absence de l’électrification des stations de pompage ainsi que le site des forages des puits non encore réalisée. L’autre projet et non des moindres ayant un impact environnemental et qui accuse un retard dans sa réalisation reste celui de la réhabilitation et l’aménagement de l’oued de Béchar.

Le retard mis dans la réalisation de ce projet aggrave les conditions de vie hygiéniques déplorables de la population ainsi que l’aspect rébarbatif que présente cette rivière longue de 17 km.

Selon les services de l’hydraulique concernés, son aménagement nécessiterait une enveloppe financière estimée à 15 milliards de dinars incluant aussi de nombreux équipements sociaux devant accompagner un tel projet d’envergure avec des espaces verts, aires de loisirs que pourrait exploiter la commune de Béchar et renflouer ainsi ses caisses déficitaires chroniques.

La maquette de l’oued de Béchar a été déjà présentée par la délégation ministérielle de l’hydraulique en 2016 et composée du bureau d’études ONID-RI en charge de sa réhabilitation. En attendant, les premières pioches des travaux, la population craint la poursuite de la dégradation des lieux (ponts, routes, écoles etc.) longeant le long de la rivière en cas de crues imprévisibles comme celles gigantesques de 2008 et 2014. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!