Brèves de l'ouest | El Watan
toggle menu
jeudi, 24 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Brèves de l’ouest

05 août 2020 à 9 h 00 min

Témouchent  :  17 harraga sauvés

Trois jours après l’incident survenu le 1er août, la sûreté de wilaya signale qu’un appel sur le 17, le numéro d’urgence, a été reçu à 0h45. L’appel de détresse venait d’une embarcation rapide qui était à la dérive après avoir épuisé son stock de carburant. L’unité de la police du port du Bouzedjar est alertée. A son tour, elle avise les garde-côtes au niveau du port. Les malheureux émigrants, ayant pris la mer le 29 juillet à partir d’une plage oranaise, ont été découverts trois jours après à 8 miles à l’Est de la plage de Sbiat, soit à près de 13 km en mer. Là s’est arrêtée leur escapade vers les côtes ibériques.  M. Kali

 Tiaret : Des tombes profanées  à Oued Lili

Bien que, officiellement, les cimetières situés dans la wilaya de Tiaret sont interdits aux visites par arrêté de wilaya afin d’enrayer sinon d’atténuer les risques de contaminations à grande échelle, beaucoup d’individus n’ont rien trouvé à faire que de profaner certaines tombes à «la recherche d’improbables trésors cachés dedans», disent certaines sources locales sous le sceau de l’anonymat.
Il en est ainsi du cimetière du lieu-dit Nouasser, où des inconnus auraient été aperçus en train de profaner une tombe en plein jour. Quelques jours auparavant, un autre cimetière, Hemaid, a été lui aussi visité. A vrai dire, toute cette sous-région comprise entre Oued Lilli (ex-Diderot), Sidi Hosni (ex-Waldeck Rousseau), des vestiges anciens ont fait l’objet de fouilles archéologiques de par la présence d’un site préhistorique  (les Dolmens). Il y a quelque temps, les services de sécurité mettaient la main, à Sougueur, sur une bande qui négociait la vente de quelques pièces de louis d’or et d’argent estampillées aux effigies de rois d’anciennes époques. Quarante-huit pièces de valeur ont été récupérées. Selon nos sources, la gendarmerie a ouvert une enquête. A. Fawzi

Lutte contre  le coronavirus  à Mostaganem  : Un artiste vend ses planches aux enchères

A Mostaganem, l’art et la solidarité font bon ménage. Ainsi, l’artiste plasticien, miniaturiste, enlumineur, photographe et auteur de plusieurs ouvrages, en l’occurrence Hachemi Ameur, de renommée internationale,  a mis aux enchères dix de ses meilleurs tableaux pour lutter contre la pandémie et ses répercussions (Covid-19) à Mostaganem.  Les sommes collectées seront reversées à l’hôpital Che Guevara
de Mostaganem, révèle notre source.

Le but de cette action, a-t-on indiqué, est d’apporter un soutien à l’hôpital qui utilisera les sommes récoltées pour l’achat de masques et autres matériels ou pour le bien-être des soignants. A noter que des dons ne cessent d’affluer à l’hôpital pour lutter contre cette pandémie.
Lakhdar Hagani



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!