Béchar : La perturbation dans l’alimentation en eau potable attise la colère | El Watan
toggle menu
jeudi, 24 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Béchar : La perturbation dans l’alimentation en eau potable attise la colère

10 août 2020 à 9 h 25 min

Le projet d’inauguration d’acheminement de l’eau potable d’Oued Namous annoncé au mois d’avril 2019 a subi plusieurs reports de mise en service. Plusieurs habitants de quartiers populaires dans la commune de Béchar crient leur colère depuis des semaines face à des pénuries répétitives ou des perturbations dans l’alimentation régulière de l’eau dans les foyers en cette période de grande canicule (plus de 45°C) dans la journée.

Des citoyens nous ont signalé les quartiers populaires touchés comme ceux de Haï Salem (ex-Mer Niger) 600 logements où à Débdaba à proximité de l’hôpital Boudiaf et d’autres. D’autres protestataires affirment veiller à une heure tardive dans la nuit et attendre l’arrivée du précieux liquide pour pouvoir l’emmagasiner dans des fûts.

L’eau de robinet, pourtant traitée, est exclusivement utilisée pour la vaisselle, ménage et douche car elle est jugée impropre à la consommation à cause de son goût saumâtre par la quasi-totalité de la population. Cette perturbation dans l’approvisionnement de l’eau est une énigme car le barrage de Djorf Torba (70 km de Béchar), qui alimente la population, a charrié une quantité appréciable d’eau de pluie au mois de décembre 2019 atteignant un volume d’emmagasinage de 180 millions de m3, selon les services compétents de la wilaya.

Mais au niveau de la direction de l’ADE, c’est le black-out total sur cette perturbation, aucune information n’a filtré car la direction de cette entreprise connaît elle-même une perturbation dans la stabilité de ses gestionnaires avec le départ de son directeur il y a cinq mois et remplacé par deux intérimaires qui se sont succédé jusqu’ici et dont la mission est d’expédier uniquement les affaires administratives courantes.

Cependant, les yeux de la population sont rivés sur le méga projet de l’acheminement de l’eau potable à partir de la zone d’Oued Namous (180 km au nord de Béchar). A ce sujet, nous avons appris de source bien informée qu’un essai technique a été tenté, mais sans succès, il y a une quinzaine de jours pour le remplissage d’un château d’eau à Béchar à partir des eaux des puits en provenance de cette région d’Oued Namous.

Aucune information, cependant, n’a été communiquée sur cet insuccès. Pour rappel, le projet a été confié aux Chinois pour les forages de 11 puits, les canalisations à l’entreprise Cosider et 9 autres lots (construction de châteaux d’eau et station de pompage, etc.) confiés à des entreprises algériennes, parmi lesquelles celles de Ali Haddad et les frères Kouninef. Selon les engagements de l’ancien ministre de l’Intérieur, le projet qui devrait être inauguré au mois d’avril 2019 a subi plusieurs reports de mise en service.

Il faut noter qu’une enveloppe financière de l’ordre de 9,5 milliards de DA a été consacrée à ce méga-projet pour la sécurisation des populations de la région en matière d’eau potable avec une quantité d’eau de 42 000 m3/jour ce qui rendra autonomes les communes de Béchar, Kénadsa et Abadla et sa périphérie en pleine expansion démographique.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!