Tizi Ouzou : La production oléicole en forte baisse | El Watan
toggle menu
jeudi, 03 décembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020




Tizi Ouzou : La production oléicole en forte baisse

16 novembre 2020 à 9 h 56 min

La production de l’huile d’olive va connaître une baisse considérable cette année dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Selon les prévisions de la direction des services agricoles (DSA), la réduction sera d’environ 63% par rapport à la saison dernière. La chargée de la filière oléicole au niveau de la DSA, Samia Hadjih affirme en effet que cette année, 7,2 millions de litres d’olive vont être produits.

L’année dernière, la production a pour rappel battu les records et avait atteint 19,6 millions de litres. L’année d’avant, soit en 2018, elle était de 10,3 millions de litres. C’est dire que la baisse est très importante cette année. La quantité d’olives produite la saison dernière a été d’un million de quintaux au moment où les prévisions de cette année notent une récolte d’environ 390 900 q seulement.

Selon Mme Hadjih, la baisse est due essentiellement au manque de pluviométrie ayant troublé le processus de formation des grains. Notre interlocutrice souligne que ce facteur, à savoir le manque de précipitations ayant impacté la production de l’olive a causé une baisse du rendement à l’hectare qui est de 11q/ha. En 2019, ce rendement était de 31 q/ ha, d’après les statistiques de la DSA.

Le rendement en huile s’est par ailleurs stabilisé avec une prévision d’environ 19 litres/q. «Le rendement en huile a compensé la baisse de la production des olives», note la chargée de la filière oléicole à la DSA. Elle souligne par ailleurs que la production oléicole au niveau de la wilaya est caractérisée par le phénomène de l’alternance. «Le phénomène d’alternance fait que la quantité d’olives produite est conséquente une année sur deux», explique Mme Hadjih.

L’autre facteur ayant impacté négativement la production de cette année est celui de la récolte tardive. «La saison oléicole débute à la fin du mois d’octobre, mais les citoyens, et c’est connu, n’entament la récolte que vers le mois de décembre, ce qui prolonge la cueillette de plusieurs semaines. L’arbre n’a donc pas le temps de bien reprendre son cycle de fructification», ajoute la responsable. D’autres facteurs sont responsables de la baisse de la production oléicole.

La représentante de la DSA note ainsi le manque d’entretien des vergers. «Contrairement aux idées reçues, l’olivier aussi a besoin d’entretien, de taille, de labour et de traitement notamment contre la mouche de l’olivier qui sévit et fait des ravages aux grains d’olives», a affirmé la même source, appelant au passage au respect de l’itinéraire technique depuis les vergers jusqu’aux huileries. Dans d’autres cas, l’entretien de ces vergers est mal réalisé, explique encore Mme Hadjih Samia, affirmant que «souvent, les oléiculteurs en procédant à la taille, coupent les branches fructifères».

Avec cette baisse de la production, il faut s’attendre à une hausse des prix de l’huile d’olive cette année, prévoit la chargée de la filière au niveau de la DSA qui précise que d’ores et déjà, le litre est cédé entre 700 et 800 DA en attendant la mise sur le marché de l’huile produite cette année.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!