Tigounatine : Recueillement au village d’Ourida Meddad | El Watan
toggle menu
samedi, 19 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191019





Tigounatine : Recueillement au village d’Ourida Meddad

21 février 2019 à 10 h 03 min

En cette Journée nationale du chahid, commémorée lundi dernier, la visite du village de Tigounatine, dans la commune d’Akerrou (daïra d’Azeffoun), à une soixantaine de kilomètres au nord-est du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, est un véritable acte de recueillement à la mémoire de celles et ceux qui ont consenti le sacrifice suprême pour l’indépendance du pays.

Au Carré des martyrs, la stèle commémorative porte les noms des 63 chouhada de ce village. Parmi eux, une héroïne, Ourida Meddad, défenestrée, rappelons-le, en août 1957, par ses tortionnaires, parachutistes de Massu, dans l’école Sarrouy, à Soustara, dans La Casbah d’Alger, où résidaient ses parents. Elle avait 16 ans.

Les jeunes du village disent aujourd’hui avoir saisi les autorités compétentes pour acheminer les ossements de cette héroïne au village natal de ses parents dont elle était l’unique enfant. Lycéenne, Ourida Meddad, si dynamique, assurait des liaisons de renseignements pour les combattants de la Zone autonome d’Alger (Zaa), avant d’être dénoncée par un des éléments de la Bleuite, dit-on. Torturée presque à mort, suivant les dires de vieux villageois de la région de Tigounatine et d’Alger, Ourida résistera aux multiples séances de torture jusqu’à ce que ses tortionnaires décident de la défenestrer du 2e étage de l’établissement, afin de simuler son «suicide».

Le nom d’Ourida Meddad est porté aujourd’hui par une artère débouchant de Soustara (Casbah) vers l’ex-rue de la Lyre (Bouzrina Ahmed, aujourd’hui), l’ex-école Gambetta, dans la même zone, ainsi qu’un lycée à El Harrach. Dans sa région, il n’y a pas d’édifice ou d’établissement qui porte son nom en hommage à son sacrifice, qui emplit pourtant de fierté et de reconnaissance les jeunes générations.

Renfermant des sites touristiques paradisiaques, Tigounatine offre des vues imprenables sur le littoral d’Azeffoun, ainsi que sur les beaux villages de cette contrée des Ath Flik, le mont Tamgout, etc.

La route y menant est étroite et parfois dégradée, certes, mais le désir de visiter la région grandit d’un virage à l’autre, d’un vallon à l’autre. Pendant la lutte armée pour l’indépendance, Tigounatine, alors tout petit village, a perdu une grande partie de sa population adulte, notamment masculine, d’où ce tribut de 63 glorieux martyrs tombés au champ d’honneur.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!