Nouvelle bibliothèque d’Azazga : Baptisation au nom du Chahid Yousnadj Mouloud | El Watan
toggle menu
mercredi, 13 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan13112019



Nouvelle bibliothèque d’Azazga : Baptisation au nom du Chahid Yousnadj Mouloud

07 novembre 2019 à 8 h 54 min

Dans le cadre de la célébration du 65e anniversaire du déclenchement de la glorieuse guerre de Libération, il a été procédé à la mise en service de la bibliothèque de lecture publique d’Azazga, baptisée au nom du chahid Yousnadj Mouloud.

La cérémonie d’inauguration a eu lieu en présence des autorités locales d’Azazga, les représentants de la direction de la culture, la famille du chahid et des compagnons d’arme du défunt maquisard natif du village Cheurfa N’Bahloul, tombé au champ d’honneur en 1957. Le chahid Yousnadj Mouloud dit «Si El Mouloud Nath Youcef» avait commencé à militer dans les rangs du mouvement nationaliste dès son jeune âge. «Si El Mouloud n’Ath Youcef, d’abord un jeune moussebel, ne cessait de demander à son responsable dans la Djebha (FLN) à être incorporé au maquis.

Il sera intégré dans les rangs de l’ALN juste après avoir accompli la mission d’éliminer un des colons dans la région, Thomas, en l’occurrence, grand exploitant foncier», selon des témoignages de Si Mohand Ouali Mohellebi, ancien moussebel lui aussi, de 1957 à 1959, avant d’être affecté dans les maquis des Aurès, rapportés par El Watan en novembre 2018.

D’après ce même moudjahid, «Si El Mouloud n’Ath Youcef, blessé dans un accrochage au lendemain de son opération d’élimination du colon Thomas, a été surpris lors d’un ratissage, alors qu’il était dans une casemate-infirmerie d’une maison refuge à Ath Bouada.

Tout le groupe quitte alors les lieux. Il s’en va lui aussi, de peur de constituer une cause supplémentaire à la famille hôte pour être réprimée par l’armée coloniale. Claudiquant difficilement pour se cacher, il finit par être rattrapé et emmené jusqu’à la fille du colon tué. Le chef de la troupe l’ayant arrêté lui demanda s’il regrettait son acte. Il répondit que si c’était à refaire il l’aurait refait.

C’est ainsi qu’il sera tué et jeté dans un étang, en compagnie d’un autre maquisard, Mohand Loursi. Ils y seront découverts le même jour par des moussebels qui revenaient de Fréha, notamment Larbi Cherif, d’Agouni, fils de Hassan Bougni», ajoute la même source.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!