Wilaya de Boumerdès : L’APC de Boudouaou à l’heure du bilan | El Watan
toggle menu
jeudi, 18 avril, 2019
  • thumbnail of elwatan20190418

Wilaya de Boumerdès : L’APC de Boudouaou à l’heure du bilan

11 février 2019 à 8 h 46 min

La commune de Boudouaou, ex-l’Alma, connaît depuis quelques mois une grande dynamique en matière de développement. L’exécutif communal doit présenter son bilan d’ici le 23 février prochain devant la population, précise le P/APC, Madani Medagh, élu sur une liste du PLJ.

«Tout sera passé en revue et débattu avec nos concitoyens. On a préparé un document de 100 pages contenant toutes les réalisations et les carences recensées dans notre commune», indique-t-il.

La municipalité a connu ces dernières années un important boom démographique avec l’apparition de nouveaux pôles urbains, notamment au sud et à l’ouest de la ville. Pour répondre aux besoins de plus en plus importants des habitants, l’APC a divisé le territoire de la commune en quatre zones, chacune regroupant au moins quatre agglomérations.

«Auparavant, les budgets et les projets étaient répartis de manière aléatoire, en tenant compte de considérations régionalistes ou de calculs politiciens. Maintenant, tout se fait de façon à garantir un développement équilibré, équitable et cohérent à travers la commune», précise le P/APC. Malgré cela, le défi est loin d’être relevé.

La liste des carences demeure encore très longue. Certains boulevards du chef-lieu, comme celui du stade, ou celui qui longe les hôtels Lala Yamna et La Fatma, sont dans un état catastrophique.

Les sorties est et ouest de la ville ne sont pas en reste et connaissent d’énormes bouchons à cause des chantiers interminables engagés à Benadjal et à l’intersection de Draâ El Kahla. Mais le P/APC se veut très rassurant : «Au centre-ville, il ne reste que trois rues à revêtir.

On a dégagé 15 millions de dinars pour ce faire», a-t-il indiqué. Outre le mauvais état de certaines routes, la commune manque d’établissements scolaires. Les cantines, elles, se font désirer dans 18 écoles. «On a 4 projets d’écoles primaires et 2 CEM à lancer à l’avenir. Pour les cantines, on n’a pas où les construire», dira M. Medagh.

Selon lui, 35% des foyers de la localité ne sont pas encore raccordés au réseau d’assainissement. Autre problème de taille, les chalets. La commune en abrite plus de 1100, répartis sur une dizaine de sites. La date d’éradication de ces habitations a été reportée à maintes reprises.

S’agissant du gaz naturel, 40% de la population en est desservie. «On a bénéficié de 40 millions de dinars pour raccorder N’chit et Benyamina», annonce-t-il. M. Medagh parle aussi de 10 nouvelles autres opérations inscrites au titre des PCD 2019, citant, entre autres, trois stades de proximité, dont les travaux sont en cours, un projet d’éclairage public à la cité des 2200 Logements, le revêtement de la route desservant N’chit Benyamina et Benmerzouga.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!