Salon des clubs verts à Boumerdès : Des idées innovantes à concrétiser | El Watan
toggle menu
vendredi, 27 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Salon des clubs verts à Boumerdès : Des idées innovantes à concrétiser

25 décembre 2021 à 10 h 05 min

Organisé la semaine dernière par l’ODEJ à la maison de l’environnement de Boumerdès, le salon national des clubs verts a réuni des représentants de 19 wilayas et plusieurs directions et instituts concernés par le secteur.

Au-delà de l’exposition d’ouvrages écologiques exécutés par les jeunes défenseurs de la nature et des activités en faveur de la protection environnementale, les participants peinent à impacter durablement le vécu citoyen par des réflexes civiques.

Une enseignante accompagnée de ses étudiants a résumé le sentiment général d’un quotidien pollué par les ordures mal collectées ou par l’absence d’un tri sélectif des rejets ménagers. De plus, l’air dégage une odeur insupportable à proximité du centre d’enfouissement technique de Corso. A l’opposé, de jeunes innovateurs éprouvent des difficultés à concrétiser des projets au bénéfice du respect de la nature. Le cas d’une équipe de Tiaret est révélateur.

Elle a mis au point une serre intelligente qui fonctionne à l’énergie solaire et à l’aide d’un détecteur règle la température selon les besoins des poissons élevés dans des bassins que l’eau d’irrigation des plantes alimente. En échange, les résidus de poissons fertilisent la végétation. Le système fonctionne en circuit fermé. La maquette donne un aperçu visuel de ce système. Toutefois, la complication est de réaliser ce projet en dimension réelle et de lui conférer une existence nationale.

Un autre exemple est celui de la micro-entreprise spécialisée dans la gestion des déchets de Corso qui arrive difficilement à obtenir des parts de marché dans un environnement économique où le monopole déguisé règne. Cette PME qui projette de recruter au moins 5 employés se heurte aux mentalités et à la concurrence déloyale.

Son projet de débarrasser un hôpital de Boumerdès des produits toxiques dont certains datent des années 1970 n’a pu aboutir en raison du départ en retraite de la directrice de cet établissement hospitalier. Pourtant, la loi stipule que 20 % des projets doivent revenir aux micro-entreprises.

Les modalités statutaires des entreprises sont un autre frein, bureaucratique celui-là. Le slogan «économie environnementale» est épuré de son contenu. Interrogé à ce sujet, le directeur de l’Anade (ex-Ansej) parle d’un problème de «manque de volonté de la part de certaines directions et de l’insuffisance de moyens». En fait, entre les clubs à la base de l’éducation environnementale et la micro-entreprise spécialisée dans le recyclage, un maillon manque pour assurer la continuité nécessaire à une prise en charge économique citoyenne d’un environnement en dégradation.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!