toggle menu
lundi, 18 mars, 2019
  • thumbnail of 20190318 (1)

Main-d’œuvre étrangère dans la wilaya de Boumerdès : Plus de 1500 travailleurs non déclarés

21 janvier 2019 à 8 h 35 min

Plusieurs sociétés internationales, notamment dans le secteur du bâtiment, emploient une main-d’œuvre étrangère. Selon un cadre de la Caisse nationale d’assurance sociale (CNAS), ces entreprises ne sont pas respectueuses des normes, ni de la législation du travail, comme l’attestent les multiples infractions au niveau des chantiers, où, parfois, des ouvriers étrangers ont fait des chutes mortelles.

Le contrôle fait, en effet, défaut, alors qu’il s’impose. C’est pourquoi, sur instruction de sa direction générale, la CNAS de Boumerdès a organisé les 13 et 14 de ce mois des portes ouvertes sur la main-d’œuvre étrangère. L’objectif est de sensibiliser les entreprises réticentes à déclarer tous leurs ouvriers.

Des migrants sont recrutés au noir comme simples manœuvres, a-t-on constaté. Un participant à cette rencontre explique le phénomène : «Au niveau de la main- d’œuvre étrangère, Boumerdès n’échappe pas à la situation générale née de la mondialisation et du problème du flux de migrants. Inévitablement, le problème de la couverture sociale se pose. En effet, l’installation d’entreprises étrangères dans le cadre du partenariat ou de l’investissement direct présente un revers de la médaille. Parfois, elles ne respectent pas le principe de déclaration de tous ses employés». En effet, il n’est pas rare de constater qu’au niveau de certains chantiers de construction de logements tenus par une firme chinoise, des migrants issus des pays du Sahel travaillent en permanence.

C’est le cas, par exemple, du chantier ENPI de Réghaïa, dont la réalisation de 2 600 logements a été confiée à une entreprise chinoise. Pourtant, cette entreprise est soumise au droit algérien, qui stipule que pour tout recrutement il faut passer par l’ANEM, l’agence de l’emploi, assure-t-on. Cette dernière conditionne toute embauche à «une demande d’accord de principe, un tableau des prévisions de recrutement et un planning d’exécution des travaux. Des documents administratifs sont nécessaires, comme une copie légalisée du contrat de marché, une copie du statut de la personne morale, une copie légalisée de l’extrait du registre du commerce, une attestation justifiant la situation de l’entreprise vis-à-vis des services des impôts et une copie d’immatriculation de l’entreprise auprès de CNAS», déclare M. Dridi, directeur de la CNAS. Le dernier document cité fait défaut dans certains cas.

La CNAS de Boumerdès, selon son directeur, a évalué à 3 000 le nombre d’employés étrangers sur le territoire de la wilaya, notamment des Asiatiques, pour ne pas dire des Chinois présents dans le secteur du bâtiment. Près de 1419 d’entre eux sont déclarés, le restant, soit 1 581, ne le sont pas. Ces chiffres ne mentionnent pas le cas de migrants recrutés comme manœuvres.

Il faut souligner qu’il s’agit là d’une main- d’œuvre enregistrée par la direction de l’emploi de la wilaya (DEW) de Boumerdès et d’Alger. Sachant que pour l’emploi, les circonscriptions de Rouiba et de Réghaïa dépendent toujours de Boumerdès. La sensibilisation avant la sanction s’avère donc indispensable.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!