Boumerdès : Retard dans la livraison des écoles | El Watan
toggle menu
lundi, 30 novembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020




Boumerdès : Retard dans la livraison des écoles

24 octobre 2020 à 10 h 22 min

L’inédite rentrée scolaire de cette année a été placée sous le double défi de faire respecter les mesures du protocole sanitaire contre la Covid-19 et d’assurer les places pédagogiques nécessaires devant contribuer à l’application de ce protocole.

En d’autres termes, l’effort d’avoir suffisamment d’infrastructures est doublement requis afin d’éviter la surcharge et garantir la distanciation physique. Selon le directeur de l’éducation, 100 000 élèves étaient accueillis mercredi dernier au niveau du cycle primaire. Le système de simple vacation ou de double vacation a été adopté en conformité avec les possibilités d’accueil des établissements scolaires. Toutefois, l’insuffisance infrastructurelle compromet ce plan de travail. Qu’on en juge : à Hamadi, l’école Saïd Zouar est encore en chantier.

Une grue est suspendue sur la tête des élèves qui sont rentrés dans les bousculades habituelles. Le protocole sanitaire ? Une vaine recommandation. À Ammal, la rentrée a été tout simplement reportée pour motif de travaux inachevés. A Boudouaou El Bahri, l’état de l’école Ghezali Messaoud contraste avec celui de l’école Ali Hamdane située au chef-lieu de wilaya où le lancement solennel de la rentrée scolaire s’est effectué en présence des autorités locales. À l’appel du directeur de l’école Ali Hamdane, les membres d’une association s’est jointe à un artisan pour remettre à neuf l’établissement afin qu’il soit fin prêt pour la visite officielle.

Mais pourquoi cela n’a pas été systématisé à d’autres écoles primaires qui en ont grand besoin ? Même le simple matériel de nettoyage a manqué. Une caricature publiée sur les réseaux sociaux a représenté les outils d’aseptisation en trois éléments : le balai, la serpillière et l’eau de javel. Du gel hydroalcoolique, peu de présence.

Chez la majorité des parents d’élèves, la même question taraude les esprits : «Mais que faisaient les APC et les responsables de l’éducation durant les 7 mois de confinement?» Dans certaines régions de la wilaya où la tension est forte, les classes pourtant divisées en deux groupes risquent aussi de dépasser le nombre de 25 élèves.

Le représentant de l’association des parents l’a exprimé sur les ondes de la radio locale : «La daïra de Khemis El Khechna qui a des écoles avec plus de 10 divisions rencontre des difficultés à mettre en œuvre le système de double vacation avec des classes aux normes exigées.» À Baghlia, l’école du village agricole n’est pas achevée.

À Chabet El Amer, l’école Saradj est dans un piteux état. Même son de cloche à l’école Tariket au chef-lieu de wilaya. Ainsi, l’insuffisance de l’infrastructure risque de peser lourd dans cette rentrée scolaire. Sur les 20 établissements scolaires, tous paliers confondus, que devait livrer la direction des travaux publics, seulement 13 ont été achevés. Le déficit ne concerne pas uniquement les 7 projets en retard de réalisation.

Des écoles primaires sont dans le besoin d’être restaurées, d’autres d’être équipées en cantines. Le transport scolaire reste également insuffisant, notamment dans les régions enclavées, malgré la réception de 60 nouveaux bus scolaires distribués aux communes la veille de la rentrée.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!