Boumerdès : L’impatience des estivants | El Watan
toggle menu
lundi, 18 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Boumerdès : L’impatience des estivants

23 juin 2021 à 9 h 06 min

Au vu du nombre d’estivants qui se ruent sur les plages de Boumerdès, notamment durant le week-end, l’impatience de profiter des joies de la mer l’a largement emportée sur le respect de l’interdiction pour raison de pandémie.

En effet, les familles algériennes, et surtout les jeunes, font fi des restrictions sanitaires. D’ailleurs, le lancement officiel de la saison estivale ne s’est pas encore effectué. Alors que d’habitude le 1er juin, on annonce l’inauguration.

En d’autres termes, il n’y a pas encore déploiement des surveillants de plages de la Protection civile ni des services de sécurité. Conséquence : plusieurs noyades ont été malheureusement déjà enregistrées. Le fait nouveau est que, contrairement aux saisons précédentes, cela s’est passé au niveau de plages autorisées.

Ces dernières sont au nombre de 45 et s’étendent sur 110 kilomètres de littoral à travers 10 communes. Un responsable de la direction du tourisme avait déclaré que «chacune de ces communes a été dotée de cabines pour les besoins de la Protection civile ainsi que d’un engin cribleur de sables et que des opérations de nettoyage avaient commencé». Mais sur place, beaucoup reste à faire. Au chef-lieu de wilaya, les plages sont dépourvues de toutes commodités.

Pourtant, elles sont parmi les plus fréquentées. Elles affichent leurs hideuses baraques. Si on excepte les plages du centre qui sont une sorte de vitrine soigneusement achalandée tant elles occupent la largeur du front de mer, le reste est dans un état peu reluisant.

Le problème du nettoyage et de l’absence de services les plus basiques tels que les toilettes publiques se pose encore. A Corso, moins d’un kilomètre du chef-lieu, la situation est encore plus problématique. Le cours d’eau qui se déverse en mer est noirâtre de pollution. Quant à la forêt où les familles se rendent à longueur d’année, elle est dans un piteux état.

Heureusement que la forêt du Sahel de Zemmouri a bénéficié d’un peu d’attention avec l’organisation d’une journée de nettoyage au début de ce mois de juin où elle avait été choisie pour l’accueil d’une manifestation à l’occasion de la Journée de l’enfance.

Seule bonne nouvelle est le refus du wali d’accorder des autorisations pour les concessionnaires des accessoires de plages comme les parasols et autres transats. Au moins, les familles retrouvent la liberté de s’installer là où bon leur semble sans avoir à débourser des sommes excessives.

Cela n’a pas empêché les jeunes à exercer des pressions sur les élus locaux pour obtenir une place à louer, ne serait-ce que pour proposer n’importe quel service. Il est vrai qu’un dilemme se pose : quelle solution pour les chômeurs qui attendent désespérément de trouver un moyen de subsistance, même précaire ? 

Lakhdar Hachemane


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!