Boumerdès : Les transporteurs montent au créneau | El Watan
toggle menu
vendredi, 30 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Boumerdès : Les transporteurs montent au créneau

21 septembre 2020 à 10 h 30 min

Des travailleurs ont eu ce dimanche la désagréable surprise de ne pas pouvoir regagner leurs lieux de travail.

Les transporteurs privés étaient en grève, à l’appel des syndicats. Certains avaient pourtant entamé normalement leur activité. Mais au fur et à mesure de leur arrivée à l’agence de Boumerdès, ils étaient pris à partie par certains de leurs collègues grévistes qui voulaient leur imposer l’arrêt. Toutefois, le président de l’UAT de Boumerdès appelait au calme et au respect des libertés.

Le préavis de grève avait été déposé 15 jours plus tôt comme le stipule la réglementation. Vers 11h00, il était presque impossible de trouver un bus privé en activité. Au centre ville, les abribus étaient bondés d’usagers dont l’attente tirait en longueur. Seul le transport public de l’Etusb, qui avait renforcé tant bien que mal quelques dessertes, tentait de compenser le manque. Il était vite pris d’assaut. On estime officieusement le taux de suivi du débrayage à hauteur de 60%. Du côté du syndicat des transporteurs l’UAT, on le situe approximativement aux alentours de 80%. Les principales revendications des grévistes concernent la reprise du transport inter wilayas, l’indemnisation des chauffeurs, receveurs et propriétaires – pour ces derniers, il est demandé trois millions au lieu du million décidé par les pouvoirs publics.

Au niveau local, on y ajoute le manque d’infrastructures, notamment les gares routières et les agences. Il est vrai que la rénovation de l’ancienne gare routière marque une interruption alors que le projet inscrit en 2018 n’avait été relancé qu’il y a quelques mois. L’agence des Issers, elle, est renvoyée aux calendes grecques après que le litige sur le terrain s’est terminé en défaveur de l’APC. Pratiquement, la plupart des gares routières sont en fait un terrain vague peu aménagé où les bus sont de passage ou à l’arrêt et où les services les plus basiques sont absents. L’autre revendication des grévistes est le relevé de la capacité de transport autorisée ou son indemnisation.

Les autorités en avaient fixé le seuil à 50% seulement de la capacité totale. Les transporteurs, eux, demandent de le relever à 80%. Pour rappel, la wilaya de Boumerdès compte un parc de transporteurs opérationnels de 65 bus urbains, 612 ruraux et de 847 inter wilayas. Ceux qui ont dûment déposé un dossier au niveau de la direction du transport ont perçu une indemnisation de 1 million de centimes par mois correspondant au premier trimestre du confinement général qui avait été décrété au mois de mars dernier. Pour le second trimestre, le bordereau de paiement a été envoyé à la direction de l’administration locale (DAL) qui ne l’a pas encore honoré.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!