Boumerdès : Des projets d’écoles à la traîne | El Watan
toggle menu
jeudi, 06 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan04042021




Boumerdès : Des projets d’écoles à la traîne

17 avril 2021 à 9 h 12 min

Le secteur de l’éducation dans la wilaya de Boumerdès connaît de cycliques perturbations en raison de la surcharge des classes et l’aménagement horaire des cours.

Ce qui au départ était considéré comme une phase transitoire avec l’adoption du système de double vacation, a fini par perdurer et s’installer durablement au niveau de plusieurs établissements scolaires. Tout le monde s’accorde à penser que le bras-de-fer administratifs/pédagogues ne se terminera que si les structures d’accueil des élèves venaient à augmenter.

En d’autres termes, la réception des projets d’établissements s’avère cruciale. «Si on en est arrivé là, c’est à cause des retards qu’accusent les différents programmes des nouvelles structures scolaires», pense un enseignant syndicaliste. La réaction du directeur de l’éducation, nouvellement installé, semble confirmer cette assertion. Une réunion récente que le wali a présidée s’est penchée spécialement sur les problèmes qui se dressent face à la relance de nombreux anciens projets. Pour le primaire, 76 projets et 159 extensions sont toujours en attente d’être achevés.

Pour le second palier, 20 salles et 54 extensions connaissent un taux d’avancement des travaux de 62,6%. Pour le secondaire, 3 lycées n’en sont qu’à 25 %. Une simple opération fait ressortir que parmi les anciens projets, 67 écoles primaires, 82 extensions et 12 salles du second palier, pour ne citer que ceux-là, sont toujours bloquées. De plus, cette revue des projets ne mentionne pas les rénovations des établissements qui se dégradent à vue d’œil, à l’instar du lycée El Khalifa au chef-lieu de wilaya. L’allégement des effectifs au niveau des classes scindées en deux groupes, comme le stipule le protocole sanitaire, a mis en difficulté les enseignants : les séances ont doublé et une même classe est devenue deux groupes ; d’où une densité du volume horaire difficilement supportable.

Certes, la tutelle est intervenue pour demander aux chefs d’établissements de revoir les emplois du temps dans le sens de procéder à des réaménagements horaires avec des plages plus souples pour les enseignants. Mais, certains chefs d’établissement n’ont pas mis en application cette orientation, ouvrant la voie à des conflits sociaux qui aggravent la perturbation de la scolarité de milliers d’élèves.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!