La jeune institutrice qui enseigne tamazight aux Chinois | El Watan
toggle menu
samedi, 04 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Tilelli Bellal. enseignante de la langue amazighe.

La jeune institutrice qui enseigne tamazight aux Chinois

09 février 2021 à 9 h 16 min

Tilelli Bellal, une jeune enseignante de la langue amazighe, originaire de la commune d’Aghbalou, à l’extrême nord-est de la wilaya de Bouira, enseigne aussi tamazight aux étudiants chinois. Tout a commencé suite à une annonce mise en ligne sur le réseau social Facebook, émanant du département des langues franco-germaniques de l’université de Hubei en Chine, prononcé Khi-bé. Il s’agissait d’un avis de recrutement d’enseignants de tamazight.

«Beaucoup de mes collègues n’ont pas pris au sérieux ladite annonce. J’ai quand même tenté ma chance en envoyant mon CV et une lettre de motivation. En un court laps de temps, j’ai reçu une réponse favorable. Qui ne tente rien n’a rien !», dira-t-elle et d’ajouter que son expérience dans l’enseignement et sa maîtrise de la langue française ont été des atouts qui lui ont beaucoup servi lors du processus de recrutement.

«J’ai réalisé une vidéo dans laquelle j’ai démontré mes compétences linguistiques et ma méthode d’enseignement. C’est à ce moment que j’ai eu l’avis favorable». Le 2 novembre, l’enseignante commence alors le télétravail.

A sa charge, quelque 120 étudiants chinois de première année. Malgré les débuts plus ou moins difficiles, notamment à cause du décalage horaire, elle a fini par s’y habituer. «Le module de tamazight est devenu obligatoire depuis plus de deux ans à l’université de Hubei. Il faut savoir que les Chinois donnent beaucoup d’importance à l’apprentissage de toutes les langues. Il faut savoir que durant les deux précédentes années, deux enseignantes algériennes ont assuré le module tamazight à l’université de Hubei».

Après quelques mois de télétravail, Tilelli s’est faite une idée du niveau de ses étudiants. Elle a été même surprise. «En ce qui concerne le volet pratique, il n’y a rien à dire là-dessus. Quel que soit l’exercice que je leur donne, ils le réalisent aisément. Le seul problème qu’ils rencontrent c’est au niveau de la prononciation. Ce qui est tout à fait naturel pour des étudiants qui apprennent pour la première fois une langue étrangère. Toutefois, je dois reconnaître qu’ils fournissent beaucoup d’efforts pour apprendre. Internet leur facilite énormément la tâche», explique-t-elle.

Il a été prévu que la jeune enseignante rejoigne ses étudiants en Chine au courant du deuxième semestre. Cependant, à cause de la réapparition de nouveaux cas de la Covid-19, la date du départ a été repoussée. «Ce n’est qu’une question de temps !», espère-t-elle. Tilelli Bellal travaille actuellement au collège Arib Hocine de la localité de Raffour et poursuit ses études de doctorat en langue et culture amazighes à l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira. 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!