Bouira : Protestation à Maâla | El Watan
toggle menu
vendredi, 13 décembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191212


  • Massage Tunisie

Bouira : Protestation à Maâla

15 août 2019 à 8 h 06 min

Les habitants de six villages de la commune de Maâla, au nord-ouest de la wilaya de Bouira, dénoncent la «marginalisation» dont ils font l’objet.

Ils étaient des dizaines, hier, à se rassembler devant le siège de leur APC pour réclamer leur part de développement. Face à la sourde oreille des autorités locales, les protestataires ont cadenassé le portail de la mairie. Dans leur plateforme de revendications qu’ils avaient adressée aux pouvoirs publics, les villageois d’El Kalaâ, Ouled Larbi, Boukhazem, Maâla dans sa partie basse, El Kherba et Berricha, ont évoqué plusieurs problèmes à résoudre et des manques à combler.

L’une des principales revendications des citoyens concerne l’alimentation de leurs foyers en eau potable. En cette période estivale caniculaire, le seul recours pour les habitants pour se ravitailler en ce liquide précieux sont les sources d’eau naturelles.

Pourtant, le barrage hydraulique de Koudiet Asserdoun n’est distant que de 2 km de la commune de Maâla. Ainsi, les annonces qui ont été faites à plusieurs reprises par les différents responsables, promettant de résoudre ce problème, n’ont pas été honorées. Les villageois réclament aussi le raccordement de leurs bourgades au réseau du gaz naturel, ainsi que le bitumage du réseau routier dégradé dans plusieurs sections. La couverture sanitaire dans les bourgs oubliés de Maâla laisse à désirer.

Selon les protestataires, aucun dispensaire n’a été implanté dans la région. Même en ce qui concerne le volet de l’habitat, le mal est profond. Les villageois disent que leurs parts ont été détournées. «Nous dénonçons le manque de transparence dans les opérations de distribution des logements sociaux, ainsi que dans l’octroi des aides de l’Etat à l’habitat rural. Le népotisme est le maître des lieux depuis une vingtaine d’années.

Durant toute cette période, nos villages ont été souvent marginalisés. Beaucoup d’argent a été dépensé sans que nos localités en bénéficient», lit-on dans le document. Quant à l’éclairage public, il est inexistant, dénonce-t-on. «Aucun de nos villages ne dispose d’une antenne administrative de l’APC. Nous sommes obligés à chaque fois de nous rendre au chef-lieu pour retirer un simple document.

Les villages n’ont même pas été dotés de bacs à ordures.
On ne se souvient de nous que lors des élections», déplorent les protestataires, qui mettent en cause la gestion des élus locaux.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!