Bouira : Les artisans boulangers en difficulté | El Watan
toggle menu
dimanche, 12 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan12072020




Bouira : Les artisans boulangers en difficulté

04 mai 2020 à 9 h 18 min

L’impact de la pandémie de Covid-19 se fait lourdement sentir chez les artisans boulangers. Le four ne fonctionne pas à plein régime.

Les boulangeries n’arrivent pas à vendre et écouler leur pain. Les temps ont changé. «Les marges ont sérieusement baissé», a-t-on confirmé à l’unanimité. Leur chiffre d’affaires a baissé de près de 80%, et ce, depuis le début des mesures de confinement et de prévention décidées dans le but de freiner la propagation d’un ennemi commun restant invisible, a-t-on révélé. Les ménages amenés à changer leurs habitudes de consommation ont ainsi boudé les boulangeries.

Le pain ne se vend plus comme avant chez les épiceries, a-t-on constaté. Dans la ville de Bouira, peu de gérants de commerces vendent encore du pain. La quantité livrée par les boulangers n’est plus la même avant que la pandémie s’installe. «Nous n’arrivons même pas à honorer les salaires du personnel. Nous sommes quasiment en situation de faillite», a témoigné un boulanger installé au centre-ville de Bouira. Et d’ajouter : «Avant, nous livrions notre produit en quantité importante aux restaurateurs, aux établissements scolaires à présent fermés pour cause de la maladie de Covid-19», a-t-il dit.

D’autres boulangers avec qui nous nous sommes entretenus ont évoqué l’arrêt des transports assurant les différentes dessertes. « Je suis obligé de me déplacer deux fois par jour pour acheminer des travailleurs habitant loin du chef-lieu de wilaya», a affirmé un autre artisan. «Nous ne livrons plus le pain aux commerces implantés au niveau des villages. Les ménages préfèrent ainsi la galette. Et c’est toujours la ruée sur la semoule de blé dur», dit-t-il, souriant. Cependant, c’est le non respect et l’absence des mesures sanitaires qui posent aussi problème.

A travers les boulangeries de la ville de Bouira, aucune mesure de prévention n’a été prise par les vendeurs. Ces derniers ne portent ni bavettes ni gants. «Nous avons enregistré un recul de la marge bénéficiaire», a déclaré par ailleurs un boulanger situé au quartier populaire d’Oued Hous, au sud de la ville de Bouira.

«Nous avons constaté qu’en deux semaines, la quantité habituelle vendue a baissé de 90%», a-t-il déclaré. Une chose est sûre, la crise sanitaire a certainement causé des pertes financières aux artisans en question, mais a, en revanche, son effet positif, peu de pain est jeté dans les poubelles. Le Ramadhan, propice à la consommation, va néanmoins permettre aux boulangers de réduire le manque à gagner enregistré ces dernières semaines.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!