Bouira : Le chef-lieu sous la menace des inondations | El Watan
toggle menu
samedi, 18 septembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Bouira : Le chef-lieu sous la menace des inondations

10 septembre 2020 à 10 h 30 min

Le risque d’inondation plane toujours sur la ville de Bouira. Le débordement des eaux pluviales pose un grand problème aux habitants de plusieurs quartiers du chef-lieu de wilaya qui devrait être protégée des inondations. La réhabilitation des avaloirs, canalisations et réseaux d’évacuation des eaux pluviales fait énormément défaut. Le nettoyage des avaloirs se fait rarement.

Les équipes de l’Office national d’assainissement (ONA) et les services de la voirie de l’APC n’interviennent qu’une fois l’alerte est donnée. Des regards sont laissés ouverts sans aucune protection, exposant au danger des passants et les riverains.

Construites sur le lit des cours d’eau, des habitations risquent d’être emportées un jour par les eaux. Au quartier Ouled Bellil, situé à quelques encablures au sud du chef-lieu de wilaya, les occupants des maisons vétustes et autres nouvellement construites illicitement se trouvent obligés de fuir leurs maisons à la moindre averse. Le problème des inondations touchant la cité en question et d’autres quartiers est resté sans solution, en dépit d’une mobilisation de ressources financières allouées dans le cadre des différents plans de prévention contre les risques d’inondation. «Nous sommes livrés à nous-mêmes. Nous vivons la peur au ventre», dit un habitant du quartier Ouled Bellil.

La solution réside, selon les occupants de la cité, afin d’empêcher les crues de l’oued de s’infiltrer dans leurs habitations est la réalisation d’une digue. Si l’absence d’un plan de prévention contre le risque des inondations touchant une partie de la cité Ouled Bellil est justifiée par le fait que les maisons sont construites illicitement, la responsabilité des autorités locales est en revanche engagée en cas de sinistre. Le P/APC de Bouira, Mohamed Larbi, a indiqué qu’une entreprise privée a été mobilisée récemment en procédant à l’entretien de l’oued. «Ce sont des constructions illicites. Pour canaliser les eaux de l’oued, il faut mobiliser de grands moyens financiers», a-t-il dit.

L’édile local a précisé que les pouvoirs publics ont procédé au recensement de tous les points noirs. Un budget de 13 millions de dinars a été dégagé pour procéder au financement des opérations de curage des avaloirs obstrués par les déchets ainsi que la réparation des canalisations. Les travaux débuteront dans les prochains jours, a ajouté l’élu en précisant que cela va cibler essentiellement les deux quartiers des 166 et 126 logements du chef-lieu de wilaya.

Il faut préciser que le risque d’inondations dans la wilaya de Bouira est accentué par le fait que les cours d’eau charrient des déchets solides et des gravats. Les avaloirs bouchés n’arrivent plus à engloutir les eaux, submergeant ainsi les chaussées et trottoirs.

Dans le quartier des 250 logements de la ville, un agent de la protection civile avait été emporté fin janvier de l’année 2019 par les eaux alors qu’il participait au curage des avaloirs. Pourtant, la sécurisation des regards relève des prérogatives de l’APC, des travaux publics et de l’Office national d’assainissement, (ONA).


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!