Transport ferroviaire à Béjaïa : Le Coradia mis en service | El Watan
toggle menu
vendredi, 19 juillet, 2019
  • thumbnail of elwatan18072019
  • Pub Alliance Assurance







Transport ferroviaire à Béjaïa : Le Coradia mis en service

25 juin 2019 à 8 h 42 min

Le train Coradia est entré en service sur la ligne Béjaïa-Alger, hier, renforçant un tant soit peu le transport ferroviaire dans la wilaya. L’inauguration de cette nouvelle ligne, annoncée à la veille du dernier Aïd, n’a pas cependant satisfait les usagers, qui sont contrariés par les horaires fixés, et pour cause.

Le Coradia est programmé pour démarrer, comme cela a été le cas hier, de la gare de Béjaïa à 15h, alors que son retour d’Alger est prévu le lendemain à 7h. D’aucuns trouvent que ces horaires profitent aux usagers partant de la capitale, mais pas aux habitants de la wilaya de Béjaïa.

Une bonne partie des voyageurs se déplaçant sur Alger le font pour régler leurs affaires et rentrer chez eux la même journée, ce qu’il n’est absolument pas possible de faire en prenant le train en milieu d’après-midi. «Ce sont des horaires faits pour les Algérois, alors que c’est plutôt nous qui sommes obligés de nous déplacer vers la capitale», commentent des habitants de Béjaïa-ville. Les citoyens ont été nombreux à dénoncer ces horaires aussitôt rendus publics par les services de la SNTF, ils considèrent qu’ils ont été tout simplement inversés.

La réaction a été telle que le wali a, selon la cellule de communication du cabinet de la wilaya, réagi, en demandant aux responsables de la SNTF de réviser ces horaires de façon à rendre plus utile cette nouvelle desserte. En attendant une réponse de la SNTF, les citoyens qui désirent se déplacer plus tôt sur Alger peuvent emprunter l’autorail, dont la desserte quotidienne est maintenue, avec un départ à 6h 30 et un retour à 14h 30. Mais les horaires ne sont pas la seule source de mécontentement. Beaucoup estiment aussi que le temps du trajet que met le Coradia entre Béjaïa et la capitale est long. Démarrant à 15h, il arrive à sa gare de destination, l’Agha, à 19h30, soit une durée de 4h 30.

La même chose pour le retour, avec un départ à 7h d’Alger et une arrivée à 11h 30 à Béjaïa. La distance de 250 km séparant les deux villes est parcourue par voiture en une moyenne de 3 heures. Le temps que prend le Coradia est d’autant plus incompréhensible que celui-ci est censé être un train express. Conçu avec une vitesse maximale de 160 km/heure, ce train ne pourra pas rouler à cette vitesse sur une ligne ferroviaire non encore modernisée et souffrant de nombreux points noirs. L’autorail et les vieux trains qui y roulent ont fait des victimes parmi des citoyens qui ne font pas attention en traversant ou en marchant sur les rails.

Promesse de confort

Mais, il faudra noter que l’autorail fait le même trajet avec une demi-heure de moins que le Coradia, soit en quatre heures. Le Coradia ne s’arrête pas à toutes les gares et haltes de la wilaya, comme à Takriets et Ighzer Amokrane. Il est programmé avec des arrêts au niveau de cinq gares : El Kseur, Sidi Aïch, Akbou, Tazmalt et Beni Mansour. En dehors de la wilaya de Béjaïa, il transportera des voyageurs et prendra d’autres à Ahnif, Bouira, Boumerdès et Agha.

Au risque d’accidents s’ajoute le détestable phénomène de caillassage des trains qui amuse toujours des enfants et des moins jeunes à divers endroits du passage des trains. Le Coradia en fait aussi les frais ailleurs dans le pays, où il est entré en service.Il n’est cependant pas sans avantages pour les usagers de la wilaya de Béjaïa, puisqu’il offre des conditions de voyage améliorées, comparé à l’autorail, qui reste donc en activité.

Les 254 voyageurs, en places assises, que le Coradia peut transporter en un seul voyage dans ses voitures, auront la possibilité d’une restauration légère, une climatisation et un accès facile pour les personnes à mobilité réduite. Le confort est promis autant dans la première que dans la deuxième classe, avec la promesse aussi, mais non officielle, de la disponibilité de la connexion internet par Wifi. Un «luxe» qui se paye : 1050 DA et 770 DA, respectivement pour la première et la deuxième classes, des tarifs que beaucoup trouvent chers. Par taxi, le même trajet coûte 800 DA la place, avec moins de confort, certes, mais en moins de temps.

Les prix entre les deux classes n’étant pas les mêmes, les avantages de la première sont évidemment plus importants avec la promesse d’inclure pour chaque usager un journal (au choix) et une bouteille d’eau. Certains usagers réduisent le contenu de la restauration à celui d’un goûter comprenant «du lait, quatre dattes, une petite bouteille d’eau et quatre gâteaux secs», ou «un jus, un croissant et des gaufrettes».

En attendant la modernisation, qui tarde, de la voie ferrée avec son dédoublement et son électrification, d’aucuns souhaitent que l’on puisse voir le Coradia dans les semaines qui viennent dans le même état qu’un matériel neuf.

Loading...
(function(){ var D=new Date(),d=document,b='body',ce='createElement',ac='appendChild',st='style',ds='display',n='none',gi='getElementById',lp=d.location.protocol,wp=lp.indexOf('http')==0?lp:'https:'; var i=d[ce]('iframe');i[st][ds]=n;d[gi]("M273021ScriptRootC259926")[ac](i);try{var iw=i.contentWindow.document;iw.open();iw.writeln("");iw.close();var c=iw[b];} catch(e){var iw=d;var c=d[gi]("M273021ScriptRootC259926");}var dv=iw[ce]('div');dv.id="MG_ID";dv[st][ds]=n;dv.innerHTML=259926;c[ac](dv); var s=iw[ce]('script');s.async='async';s.defer='defer';s.charset='utf-8';s.src=wp+"//jsc.mgid.com/e/l/elwatan.com.259926.js?t="+D.getYear()+D.getMonth()+D.getUTCDate()+D.getUTCHours();c[ac](s);})();

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!