Surveillance des plages : 12 noyés en deux mois | El Watan
toggle menu
samedi, 21 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan21092019





Surveillance des plages : 12 noyés en deux mois

25 août 2019 à 8 h 30 min

La Protection civile de Béjaïa a enregistré 12 décès par noyade, selon un bilan arrêté le week-end passé. Le chiffre se rapproche de celui qui a été communiqué l’an dernier à la même période, c’est-à-dire, 14 morts vers la fin du mois d’août 2018.

Cette année, la responsabilité de l’administration de wilaya est en engagée, dans la mesure où on a enregistré des noyades dans des plages censées être surveillées. Sur les 34 plages surveillées, deux n’ont pas bénéficié d’un dispositif de sécurité à cause de l’absence des structures inhérentes, des postes de surveillance.

Jusqu’au 20e jour du mois en cours, la PC de Béjaïa est intervenue au moins 5737 fois pour porter assistance et aide à des estivants en difficulté. Ses plongeurs, ses maîtres nageurs et ses surveillants de plage saisonniers ont sauvé d’une noyade certaine pas moins de 2997 baigneurs qui se sont aventurés en mer et soigné 2532 personnes sur les plages. Les recherches des corps ont souvent nécessité la mobilisation de renforts de plongeurs venus des wilayas de Tizi Ouzou, Bouira, Boumerdès, Ghardaïa en plus de plusieurs maîtres nageurs et sauveteurs pour cet effet, selon la PC, comme cela a été fait lors de la recherche du corps d’un noyé originaire de Batna, disparu à la faveur d’une mer déchaînée, le 13 août, à Boulimat.

A noter que la plupart des noyés sont des estivants venus des autres wilayas, comme cet enfant de 13 ans originaire de Biskra, qui s’est noyé au niveau de la plage autorisée de Taghzouyth, dans la commune de Tichy. «L’enfant a été emporté par les vagues d’une mer très agitée (fanion rouge)», précise la PC. Aussi, il y a la disparition de ce jeune de 30 ans qui est venu de la wilaya de Batna pour passer ses vacances sur la côte ouest de Béjaïa.

A signaler également que certains noyés se sont aventurés dans des plages non surveillées, en dehors des heures de surveillance ou au niveau des plages rocheuses, comme ce fut le cas pour la jeune fille de la ville de Béjaïa, âgée de 23 ans, qui s’est noyée au lieu-dit Thamelaht, en contrebas de Cap Carbon, une zone très rocheuse interdite à la baignade.

Par ailleurs, en plus du contexte politique que vit le pays, des fléaux, comme les agressions et le diktat des gardiens des parkings, ont contribué à la baisse du flux des estivants cette année. Contrairement à l’an dernier, le nombre d’ estivants sur les plages de la wilaya a sensiblement baissé. Les mêmes services ont comptabilisé 2 380 000 baigneurs contre 4 758 000 en 2018 à la même période, soit un recul de 50% cette année.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!