Rentrée scolaire à Béjaïa : Des écoles primaires en souffrance | El Watan
toggle menu
lundi, 18 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan18112019


Rentrée scolaire à Béjaïa : Des écoles primaires en souffrance

08 septembre 2019 à 9 h 00 min

Quand ce n’est pas les syndicats qui perturbent la scolarité des enfants, c’est la gestion approximative des responsables des APC qui entachent la sérénité des reprises scolaires. Le lancement de l’année scolaire 2019-2020 a été marqué à Béjaïa par quelques perturbations, notamment dans le cycle primaire.

Plusieurs centaines d’élèves n’ont pas repris normalement l’école mercredi dernier à travers la wilaya. Au jour «J», plusieurs établissements n’étaient pas prêts pour accueillir les élèves, malgré les assurances et les promesses des responsables des APC auxquelles échoit la gestion des établissements de ce niveau scolaire.

A Béjaïa, la journée de la rentrée a été caractérisée par au moins deux grèves du personnel (les écoles 13 martyrs et Boucherba Slimane) et une manifestation des parents d’élèves de l’école Soumari, qui ont dénoncé le retard mis dans l’achèvement du chantier de nouvelles salles. Dans le cadre de la préparation de la rentrée scolaire 2019-2020 l’APC de Béjaïa a annoncé fin juillet un programme de réfection de 28 écoles primaires et l’implantation de deux écoles primaires, l’une au niveau des quartiers Takliat et l’autre à Targa Ouzemour.

Elle a également promis que deux autres écoles aux quartiers Soumari, Quatre Chemins et Bektache seront réceptionnées à la rentrée. Rien de tout cela n’a été concrétisé. Les travaux sont toujours en cours dans beaucoup d’établissements. Dans certains d’entre eux, à l’image de l’école Soumari, les élèves côtoient les engins et les matériaux de construction de l’entreprise en charge des travaux interminables. En plus de la nuisance sonore que doivent supporter les enfants et leurs enseignants, le lieu constitue un danger pour les élèves, avec tous ces matériaux de construction disposés anarchiquement.

Les parents d’élèves ont reproché particulièrement au vice-président chargé de la commission éducation de l’APC d’avoir menti sur les délais de réalisation et de n’avoir pas tenu sa promesse consistant à assurer une rentrée où les élèves seront accueillis dans de très bonnes conditions. Les élèves regagnent les bancs aujourd’hui à l’école Soumari, mais l’achèvement des travaux du chantier d’à côté vont s’éterniser encore quelques semaines vu le volume de travail qui reste à exécuter. Les autorités réussiront à peine à assurer la sécurité des enfants.

Les travaux d’entretien étaient encore en cours mercredi dernier à l’école Brahimi Boudjemaâ et Mohand du plateau Amimoun et Chikhoun Saïd, où les enfants respirent de la peinture fraîche à longueur de journée. Des problèmes d’un autre genre sont signalés, comme dans les écoles primaires les martyrs Boutaguen de Timezrit, l’école primaire Hamadi Mahmoud d’Aokas, où des tas de débris issus de la démolition d’anciennes classes ne sont toujours pas évacués.

Dans ces écoles et celles de Hakem El Ayachi de Kherrata, les parents se plaignent de l’hygiène et de l’insécurité régnant dans l’environnement de ces établissements. Sur le plan des réalisations, cette année, la direction de l’éducation a réceptionné seulement un CEM, un lycée à Sid Boudrahem et deux écoles primaires, dont une de remplacement. Le manque d’infrastructures dans les villes limitrophes de Béjaïa créera inévitablement une pression terrible sur les établissements de la ville.

Surcharge persistante

«Le problème de la surcharge des classes ne va pas disparaître et la famille éducative revivra pratiquement les mêmes déboires que l’an dernier», de l’avis même du président de la commission Education et formation professionnelle de l’APW, Mabrouk Azibi. Notre interlocuteur regrette que «malgré la consommation à 100% du budget de l’année dernière, qui était destiné aux aménagements et aux réparations, le problème persiste dans les autres écoles.

Une autre enveloppe de 8 milliards de centimes a été dégagée sur le budget de la wilaya et 100 autres milliards de centimes ont été débloqués dans le cadre du FCCL pour soulager un tant soit peu les établissements, mais cela reste insuffisant pour répondre aux besoins énormes de ces écoles. Cette cagnotte sera répartie sur les communes qui n’ont pas été touchées lors de l’opération de l’an dernier».

Au volet restauration, la wilaya de Béjaïa dispose de 560 écoles dotées de 485 cantines et 14 cantines centralisées. 57 établissements scolaires dépourvus de cantines sont recensés, selon l’élu. A ce propos, la commission a proposé 10 écoles qui doivent recevoir des projets de cantine.

A noter que cette année, ce sont pas moins de 210 179 élèves qui ont repris le chemin de l’école, tous paliers confondus. Ils seront encadrés pédagogiquement par 13 617 enseignants. Sur le plan de la solidarité, la direction de l’action sociale et de la solidarité a contribué avec pas moins de 13 306 trousseaux scolaires et autant de blouses distribués au profit des élèves nécessiteux, à l’occasion de la présente rentrée scolaire.

De leur côté, les services de la wilaya ont participé avec 6217 cartables. Dans le cadre de la solidarité scolaire, le secteur de l’éducation a été doté également de 256 bus pour le transport des élèves, qui ont été répartis à travers la wilaya.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!