toggle menu
mercredi, 19 décembre, 2018
  • thumbnail of elwatan09072018

Fête du miel et de l’abeille à Béjaïa : L’apiculture face aux maladies et à la pollution

25 novembre 2018 à 8 h 32 min

Organisée par l’Association des apiculteurs de la wilaya de Béjaïa, en collaboration avec la Direction des services agricoles de la wilaya et la Chambre de l’agriculture, la 8e édition de la Fête du miel et de l’abeille est revenue cette année sur fond d’inquiétude chez les apiculteurs.

A la grande surface du lac, où s’est déroulée cette édition du 19 au 21 novembre, les fellahs interrogés évoquent tous le phénomène de mortalité chez les abeilles, déclaré dans la commune de Toudja, ainsi que la persistance du varroa, un parasite qui touche les abeilles.

Interrogé à ce sujet, le président de la Chambre de l’agriculture de Béjaïa estime qu’en plus du traitement, «les autorités doivent réglementer le déplacement des ruches. Certaines ruches contaminées sont déplacées sans autorisation ni contrôle».

Il faut ajouter à cela le problème de la pollution qui se répercute également sur la santé des abeilles, ce qui a eu pour conséquence la mortalité et l’intoxication des abeilles en butinant des restes sucrés. Certains apiculteurs pointent du doigt «l’inefficacité d’un vaccin importé de Chine».

Pour notre interlocuteur, l’un des moyens de lutte contre le varroa des abeilles est de mettre en place le programme de l’administration, consistant à préserver les gènes de l’abeille locale afin de développer la population des abeilles dans la région.

En matière d’aide de l’Etat, cette année la filière apicole a bénéficié de 3500 ruches. Selon le président de la Chambre d’agriculture, «il a été convenu avec les services agricoles de la wilaya de cibler dans l’opération de distribution les femmes rurales, particulièrement les veuves.

Cela permettra de créer des emplois et de la richesse». Mais le soutien de l’Etat pour cette filière n’est pas «à la hauteur des attentes des apiculteurs, les vaccins coûtent excessivement cher et les fellahs ont besoin de formation car le savoir-faire limite aussi les dégâts», ajoute-t-il.

La grande surface du lac a accueilli une cinquantaine de participants, exposant du miel à 5000 DA le kilogramme, dont des fabricants des huiles naturelles, des organismes assureurs, les organismes d’aide à l’emploi des jeunes et des banques publiques.

La première journée a été marquée par plusieurs conférences inhérentes à la thématique des maladies des abeilles et à la production du miel.

Ainsi, des conférences ont été présentées sur les thèmes : «Intérêt de la propolis algérienne dans le domaine médical», «La varroase en Algérie, situation, méthode de diagnostic et de traitement» et «Le miel, produit et sous-produits et les normes».

En termes d’effectif, la wilaya de Béjaïa compte 2755 apiculteurs, dont 405 adhérents à la Chambre d’agriculture. Le nombre de ruches a été multiplié par deux. Il était de 20 369 en 2000 et de 44 548 en 2018, soit une progression de 2400 ruches par an.

Cela dit, la filière est constamment confrontée à la pollution, à la cherté des vaccins et aux feux de forêt qui déciment les ruches et les abeilles, ce qui ne joue certainement pas en faveur du développement de l’apiculture.

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!