Disparition : Le moudjahid Abderrahmane Sekouchi n’est plus | El Watan
toggle menu
vendredi, 15 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191114


Disparition : Le moudjahid Abderrahmane Sekouchi n’est plus

15 septembre 2019 à 8 h 16 min

Le moudjahid Abderrahmane Sekouchi a été enterré hier au cimetière de Sidi Ahmed, dans la ville de Béjaïa, après avoir rendu l’âme à l’âge de 78 ans. Natif du village Tighezratin, à Tinebdar, le défunt a rejoint les rangs de l’ALN en 1956, à l’âge de 16 ans. A peine enrôlé par l’armée française, il s’est enfui avec son fusil pour rejoindre l’ALN.

Pour les besoins d’un portrait publié par El Watan (voir El Watan Week-end du 27-10 2017), il racontait que son premier «fait de guerre» a été le lancement d’une grenade sur une jeep des militaires français au quartier Houma Ouvazine, en plein centre de Béjaïa. Puis arrivent les opérations avec les moudjahidine à Taourirt, Fellih, Mzidh et d’autres villages de la région des Ath Ouaghlis. Il a été emprisonné par le colonisateur d’octobre 1959 à mai 1962 et a échappé à la condamnation à mort.

Ayant connu le colonel Amirouche et Abderrahmane Mira, feu Sekouchi avait gardé en mémoire une des recommandations du premier : «Si Amirouche nous avait demandé de garder, à l’indépendance, nos positions dans les postes avancés, pendant deux à trois ans, et ne surtout pas descendre dans les villes avant que l’État ne se concrétise, des élections soient tenues et les institutions installées»


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!