Développement local : Les budgets communaux ont baissé de moitié | El Watan
toggle menu
vendredi, 27 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Développement local : Les budgets communaux ont baissé de moitié

09 février 2020 à 9 h 01 min

Pour l’exercice de 2020, une subvention de 20 millions de dinars a été allouée à chacune des 52 communes de la wilaya de Béjaïa, soit une baisse de 50% par rapport à la subvention octroyée l’an dernier et qui est de 40 millions de dinars.

Cette somme jugée insignifiante par les élus est orientée pour la réalisation et la réfection des réseaux d’assainissement, la réhabilitation des écoles primaires, le désenclavement des zones rurales avec l’ouverture des routes et des pistes. Comme la plupart des localités des zones montagneuses, la commune de Timezrit souffre du manque de financement, la rendant incapable de répondre aux besoins de ses citoyens.

«C’est impossible de gérer une collectivité et de répondre aux besoins de la population avec ce montant dérisoire», regrette le maire de Timezrit. Le P/APC et son exécutif ont organisé un sit-in mercredi dernier devant le siège de la wilaya pour se plaindre auprès du premier responsable de la wilaya et de prendre la population à témoin sur une partie de la gestion des communes.

«Le budget a été revu à la baisse. Il était auparavant de 40 millions de dinars et cette année, l’administration a octroyé aux communes seulement 20 millions de dinars», dit le P/APC. Ce dernier s’est dit surpris par cette décision alors qu’il s’attendait à une augmentation des subventions qui permettra de prendre en charge les problèmes des citoyens. Et d’affirmer que la même somme a été destinée pour l’ensemble des communes.

Timezrit est une commune de 35 000 habitants éparpillés sur 42 villages et qui ressentiront davantage les conséquences de cette baisse de la subvention. Les besoins de Timezrit en matière de développement s’accroissent au gré de la progression de sa population. Cette commune compte principalement sur les subventions de l’Etat afin de répondre un tant soit peu aux doléances et aux attentes des citoyens : réseaux routiers, eau, gaz, assainissement, gestion des écoles primaires.

Pour toutes ces demandes pressantes des citoyens, les élus ne disposent désormais que de 20 millions de dinars pour l’exercice de 2020, et qu’ils doivent ventiler sur des projets de développement local (PCD).

«Les élus locaux ne sont pas vos pare-chocs», lit-on sur une pancarte portée par l’un des élus comme pour signifier que la commune, étant la première administration proche de la population, est la première à subir la colère des citoyens lésés et qui s’exprime par la fermeture des sièges des APC et les coupures des routes.

En plus du fait qu’ils soient dépouillés de leurs prérogatives, et donc d’une marge de manœuvres très importante pour régler ou gérer les problèmes, le manque des ressources financières vient compliquer encore la situation. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!