Béjaïa : Vers le dallage de l’oued Sghir par Cevital | El Watan
toggle menu
vendredi, 30 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Béjaïa : Vers le dallage de l’oued Sghir par Cevital

09 octobre 2018 à 1 h 37 min

Le projet consiste à daller une partie de l’oued sur fonds propres de l’entreprise avec élargissement des ponts et création d’une nouvelle voie de circulation.

Depuis des années, le dallage des oueds qui traversent la ville de Béjaïa constitue une préoccupation pour les habitants et les élus de la commune. Cependant, l’administration de la wilaya, qui reste frileuse sur la question, se justifie tantôt par le manque d’argent, tantôt par des arguments techniques en rapport avec la prise en charge du curage en cas d’inondation.

Le groupe Cevital a proposé la réalisation du dallage d’une partie de l’oued Sghir, sur 875 m, qui traverse la ville en longeant l’Ecole des cadets de l’armée, la caserne militaire, sise sur la route de la Soummam, avant de se déverser en mer au niveau du complexe agroalimentaire. Le coût initial du projet est de 800 millions de dinars, à supporter totalement sur les fonds propres de Cevital.

Cette initiative doit contribuer à la prise en charge de ces oueds réceptacles d’ordures et dégageant des odeurs nauséabondes. Une étude préliminaire a été réalisée par un bureau d’études privé (Belmehi Salah). Les travaux ne seront engagés qu’en cas de validation de ce projet de Cevital qui gagnera un accès vers son terrain d’un hectare et qui devait accueillir l’usine bloquée de trituration de graines oléagineuses.

Pour Zahir Benacer, cadre à l’APC de Béjaïa et responsable à la direction de la voirie communale, «la ville et sa population vont bénéficier des retombées positives de ce projet, à commencer par la dépollution de l’oued et la création d’une nouvelle voie de communication à double sens qui participera au désengorgement de la circulation en ville».

Les responsables de l’APC sont favorables à cette initiative de Cevital, selon notre interlocuteur qui a participé à la réunion du 6 septembre dernier, laquelle a regroupé des représentants de l’entreprise, de la direction de l’hydraulique, de Naftal, de l’ADE, de Sonatrach et d’autres secteurs concernés. Ils voient en ce projet une opportunité pour vérifier la faisabilité de cette opération concernant les autres oueds.

D’après nos informations, toutes les parties concernées par ce projet ont présenté des réserves qui ne sont pas de nature à compromettre le projet. Il s’agit de prendre en charge les servitudes des entreprises nationales, comme Naftal, Sonatrach, l’ADE et l’ex-Sonelgaz, entre autres. D’après certains participants présents à la réunion, la direction de l’hydraulique de Béjaïa (DHW) a exprimé quelques réticences au stade de la première phase de présentation.

Les intempéries et les inondations survenues dans certaines villes du pays ces jours-ci semblent peser dans les positions des responsables du secteur, en raison de la vulnérabilité des réseaux souterrains de la ville, inondable, de Béjaïa. Contacté par nos soins pour avoir l’avis de la DHW sur ce dossier, un technicien a répondu que «le dossier est en cours d’étude».

Mais selon des indiscrétions, le projet tel qu’il est proposé par Cevital pose «le problème de curage et de la capacité de drainage puisque l’oued subira un étranglement, voire la diminution de son lit». Toutefois, le bureau d’études, qui a été engagé par le groupe agroalimentaire pour l’élaboration de la maquette du projet de dallage, a pris en charge l’ensemble des préoccupations des partenaires. L’étude préliminaire prévoit l’élargissement des ponts et du lit de l’oued ainsi que la multiplication par trois de la capacité de drainage des eaux pluviales.

Les eaux usées provenant des habitations des deux rives de l’oued seront, quant à elles, canalisées séparément. D’après la maquette, le problème de curage ne doit pas se poser puisque la hauteur et la largeur de la structure permettent l’accès à une mini-pelle mécanique pour effectuer le curage périodique. Sur la partie supérieure, deux voies de communication à double sens seront créées et séparées par un système de grillage permettant l’évacuation des eaux pluviales, ruisselant en surface. 

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!