Béjaïa : Le dispositif anti-incendie mis à rude épreuve | El Watan
toggle menu
mardi, 24 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Béjaïa : Le dispositif anti-incendie mis à rude épreuve

23 août 2020 à 9 h 20 min

Béjaïa a connu un début d’été particulièrement chaud et marqué par une multitude de feux qui ont détruit des pans entiers du couvert végétal. Le bilan de la DGF, Direction générale des forêts, arrêté au 4 août dernier, fait état de 8778 ha de couvert végétal partis en fumée à travers le pays, et un total de 1083 ha entre forêt et maquis.

Le réseau de Défense des forêts contre les incendies (DFCI) a été mis à rude épreuve, montrant les limites de son efficacité et son état de dégradation. Ce réseau renferme un dispositif basique visant la prévention contre la propagation des feux. La cagnotte nécessaire pour sa remise à niveau, afin d’atteindre au moins la moyenne nationale en matière d’installations anti-feu, dépasse les 200 millions de dinars, selon la Conservation des forêts de Béjaïa.

Dans les massifs isolés, la prévention contre les incendies repose sur un dispositif qui consiste en l’installation des tours de guets pour la surveillance et l’alerte, l’ouverture des pistes, la réalisation des tranchées pare-feu (TPF) qui servent à contenir la propagation d’un feu dans un compartiment de la forêt ainsi que l’implantation de points d’eau pour les besoins d’intervention rapide contre un départ de feu.

«Ce dispositif a été déployé dans notre wilaya, mais son efficacité s’amenuise au fil du temps à cause du manque d’entretien», regrette Abane Lahlal, chef de service à la CF de Béjaïa. A titre d’exemple, Béjaïa dispose d’un réseau de pistes forestières qui s’étend sur 913 km dont 409 (44%) sont dans un état délabré et nécessitent des aménagements.

L’absence d’entretien a fait que ces pistes sont envahies par la végétation, bouchées par des éboulements de terre ou dégradées par l’érosion. L’ouverture de nouvelles pistes se heurte souvent, selon l’administration, à des oppositions citoyennes et au manque de financement. Le même constat est déploré concernant les tranchées pare-feu.

Sur un volume de 853 ha, 66%, soit 565 ha de TPF, nécessitent un programme d’aménagement.

Dans la législation de la lutte contre les incendies, il existe au moins 17 intervenants institutionnels, regroupés dans le comité de protection des forêts au niveau de la wilaya, qui se partagent les tâches et les missions.

L’entretien des accotements, des pistes et des routes traversant les massifs forestiers est la responsabilité des APC et de la direction des travaux publics à qui échoit le nettoyage des accotements des routes nationales et de wilaya et les chemins communaux. La SNTF et la Sonelgaz sont également engagées dans ce cadre pour l’entretien des accotements des voies ferrées et sous les emprises des pilons de transport de l’énergie électrique ainsi que la réalisation de tournières agricoles, en ce qui concerne la direction de l’agriculture.

Du côté de la Direction des forêts, on se plaint du retard mis dans le déblocage du budget d’entretien qui intervient en automne et en hiver alors que l’action de défrichage devrait se tenir à partir du mois de mars afin qu’elle soit efficace.

A ce propos, le chargé de la communication de la CF de Béjaïa regrette ce contretemps bureaucratique. «Le retard mis dans l’acquisition du budget inhérent à ce chapitre empêche d’engager le travail de nettoyage et de désherbage au bon moment», dit-il.

Et d’ajouter que «cette opération est de ce fait inutile puisqu’elle ne profite pas à la campagne de lutte contre les feux de forêts», avant de préciser que «les services de la CF ont tenté de se tourner vers les services de la wilaya et de l’APW pour combler ce manque financier, mais en vain».

Les conditions exceptionnelles imposées par la pandémie de la Covid-19 ont certes obligé l’ensemble des services de la wilaya à s’engager dans la lutte contre la propagation du virus en mobilisant leurs moyens humains et matériels (pompes, citernes, véhicules 4×4) en plein campagne de nettoyage qui devrait s’effectuer à partir du mois de mars. Mais cela n’excuse pas le fait que seulement 32% des routes et pistes traversant les forêts ont été entretenus sur un total de 486 km que se partagent les APC, la DTP, la Sonelgaz et la SNTF. Même en dehors de ce contexte, la performance des ces services de la wilaya en la matière laisse à désirer.

Sur le plan des points d’eau, la Direction des forêts s’est dotée de plusieurs unités. De 40 points d’eau en 2016 à 95 points d’eau, parmi eux 77 sont opérationnels et de différentes capacités. Le reste est soit non alimenté, soit nécessite des aménagements.

 

L’installation des COC à la traîne

Autre handicap dans ce dispositif de prévention de base, le laxisme qui frappe l’opération d’installation des comités de surveillance à travers les daïras et communes. Instaurée il y a quelques années, l’installation des Comités opérationnels communaux (COC) bas de l’aile. Il est, à ce propos, étonnant de savoir que des communes qui ont été sévèrement touchées par les derniers incendies ne disposent pas de comité. Plusieurs comités opérationnels pour la surveillance des feux ne sont pas encore installés. Au total, sept communes n’ont pas encore mis en place ce dispositif et parmi elles, des communes qui ont connu d’importants incendies et des pertes comme Toudja, Draâ El Gaid, Souk el Tenine, Melbou, Tamridjt, Ighrem et Boudjelil. Ces comités opérationnels communaux, ainsi que les comités de riverains, constitués d’associations, engagent la responsabilité et l’implication des citoyens dans la prévention et la lutte contre les incendies. Ils devraient également venir en appoint aux quelques tours de vigie (qui ne couvrent pas l’ensemble du territoire) dans la mission de prévenir, cordonner, sensibiliser et alerter. Le territoire de la wilaya est couvert par un réseau de 13 postes de vigie opérationnels. Le nombre doit être étoffé pour parvenir à couvrir et surveiller l’ensemble du territoire. D’après l’état de ces tours de guets, ceux de Béni Mlikeche et de Chellata ont subi des actes de vandalisme pendant que quatre autres nécessitent des aménagements au niveau des accès et le renforcement de la liaison.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!