Béjaïa : Des agriculteurs s’engagent à cultiver 60 ha de colza | El Watan
toggle menu
vendredi, 01 juillet, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Béjaïa : Des agriculteurs s’engagent à cultiver 60 ha de colza

13 décembre 2021 à 10 h 05 min

La culture de colza est reconduite pour la deuxième année consécutive dans la wilaya de Béjaïa, après l’expérience pilote de la campagne précédente, laquelle, s’est avérée concluante.

En effet, selon les déclarations d’un responsable de la Direction des services agricoles (DSA), «avec un rendement de 25 quintaux à l’hectare, nous avions largement atteint l’objectif de rendement escompté», s’est-il félicité.

Pour la présente campagne de labours-semailles, la semence traitée d’importation est disponible en quantité suffisante dans les entrepôts de l’UCA de Oued Ghir, a-t-on appris. «Nous avons un stock de semence équivalent à une superficie de 100 hectares.

Pour l’heure, 12 agriculteurs ont adhéré à ce programme. Ils ont prévu de cultiver le colza sur 60 hectares de terre», nous a-t-on fait savoir. Outre la valorisation du portefeuille foncier à vocation agricole, l’investissement dans la culture de colza s’assigne pour finalités, la baisse de la facture d’importation des oléagineux et la contribution à la sécurité alimentaire.

La graine de colza présente une forte teneur en huile comestible. Les tourteaux résultant de la trituration sont utilisés comme aliment de bétail. Le colza présente d’autres avantages : le cycle long de floraison de la plante, qui ressemble à s’y méprendre à la moutarde des champs, est de nature à réduit l’érosion, favoriser l’action des abeilles, en tant qu’agents pollinisateurs et producteurs de miel.

Un agriculteur, qui affirme avoir adhéré de plein gré à ce programme, confie que le coût de la semence se négocie à 26 000 da l’hectare. «Un kit comprenant huit kilos de semence et un désherbant est juste suffisant pour emblaver une parcelle de deux ha», a-t-il souligné.

Partant du principe que le retour sur investissement est subordonné au respect scrupuleux de l’itinéraire technique, un comité de pilotage destiné à l’accompagnement des agriculteurs a été mis sur pied au cours de ces derniers mois, a-t-on indiqué.

L’apport de la technicité se révèle ainsi si précieux pour affronter les nombreux défis, que sont la maîtrise des facteurs de production, la rationalisation des intrants et l’optimisation des performances. «Nous avons appris des choses intéressantes, à l’occasion des campagnes de vulgarisation et d’information, organisées à notre intention. Nous avons même eu droit à une journée de démonstration sur le terrain», a déclaré un agriculteur d’El Kseur, tout en appelant de ses vœux le réajustement à la hausse du tarif de rachat de la production afin, dit-il, d’inciter les fellahs à s’engager dans cette nouvelle filière. «Nous avons demandé que l’Etat nous rachète le quintal de colza, non plus à 7000 da, mais à 9000 da. Nous avons aussi sollicité un accès plus facile au crédit de campagne et la disponibilité des intrants en vente libre», a-t-il plaidé.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!