Ath Djellil : Des dizaines de foyers sans électricité | El Watan
toggle menu
mercredi, 10 août, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Ath Djellil : Des dizaines de foyers sans électricité

07 décembre 2021 à 10 h 00 min

Bien des foyers de la commune d’Ath Djellil, plusieurs dizaines selon les témoignages de citoyens, sont réduits à s’éclairer à la lumière blafarde de la chandelle.

Le recours à ce pis-aller d’un autre âge, informe-t-on, est dû au non-raccordement des chaumières au réseau électrique. «Des maisons sans électricité, il y en a partout à travers notre commune. La plupart de ces demeures sont des constructions édifiées au cours de ces deux dernières décennies, dans le cadre du programme de promotion de l’habitat rural soutenu par le Fonds national du logement», nous apprend un citoyen du village Aghvala.

Et à un autre villageois de Bounaim d’ajouter : «Depuis le temps que l’on nous promet un hypothétique raccordement au réseau, on ne voit encore rien venir. Pire, la plupart d’entre nous n’ont accès ni à l’eau potable ni au gaz naturel.»  Une éventuelle opération d’extension du réseau électrique se révèle alambiquée, en raison, constate-t-on, de l’éparpillement de ces demeures, érigées au gré des disponibilités foncières. «Les adhérents au Fonal n’ont d’autre choix que de construire sur leurs lopins de terrain, lesquels sont souvent enclavés et excentrés par rapport aux  lignes électriques existantes», souligne un résident du village Milket.

Pour contourner cet écueil, avoue-t-on, d’aucuns ont vite fait d’improviser des branchements de fortune. A leurs risques et périls. «Ces branchements illicites sont bricolés à l’emporte-pièces. Certaines lignes sont acheminées à  travers les champs sur des centaines de mètres», confesse un vieillard habitant un hameau reclus. «Personne n’est censé ignorer les risques encourus, enchaîne-t-il, mais nous y sommes contraints et forcés, ou alors il ne reste plus qu’à s’en aller vivre en ville.»

Aux prises avec le même problème, d’autres villageois soutiennent avoir saisi qui de droit à plusieurs reprises. En pure perte, des démarches inabouties, des requêtes sans suite et des correspondances restées lettres mortes, déplore-t-on. «Sonelgaz paraît réticente à réaliser des extensions tous azimuts de ses réseaux pour alimenter des habitations clairsemées et éloignées.

Le retour sur investissement n’étant pas garanti, il appartient aux pouvoirs publics de soutenir un tel projet, à dessein de fournir un service public aux citoyens et de prévenir par la même occasion le mouvement d’exode vers les agglomérations urbaines», suggère un habitant du village Awrir. A se fier à notre interlocuteur, las de se sustenter de chimères, nombre de villageois ont fini par succomber aux sirènes de l’exode.

La poignée d’irréductibles restés dans leurs villages font de la résistance. «L’amour de notre patelin est solidement chevillé au corps. Il nous aide à supporter un quotidien difficile», lâche un vieillard d’Aghvala,  en confiant entrevoir l’avenir avec une sacrée dose d’appréhension.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!