Akbou : Pression sur la BADR | El Watan
toggle menu
vendredi, 20 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan19092019





Akbou : Pression sur la BADR

25 août 2019 à 8 h 28 min

Une forte pression pèse sur l’agence BADR d’Akbou. Invariablement, la même scène se donne à voir dès le début de la 3e décade de chaque mois, période qui coïncide avec le virement des pensions de retraite.

Dès le point du jour, des files interminables et désordonnées se forment à l’entrée de la bâtisse. «J’ai pointé deux heures avant l’ouverture des guichets, sans être sûr de repartir avec mon pécule», a maugréé un retraité de Chellata. Appuyé sur sa béquille, un autre vieillard peste contre les gérants de la banque, qu’il accuse de «négligence». «Les responsables de la BADR ne se soucient guère de notre sort. Cela fait des années que nous subissons le même calvaire, mais rien n’est fait pour nous en délivrer», charge-t-il.

Les coups de gueule et les prises de bec sont monnaie courante. Des retraités, très âgés pour la plupart, invalides pour certains, sont astreints à de longues heures de poireautage, sous une chaleur suffocante. De quoi mettre leurs nerfs à fleur de peau. Fatigué, tendu, irascible, un septuagénaire d’Ighram, venu encaisser sa rente viagère, laisse éclater sa gouaille : «Tout marche de travers dans cette banque.

Même pour encaisser sa pension de retraite il faut jouer des coudes et patienter dans une queue aussi humiliante qu’indigne.» Du côté de la banque, on impute cette situation au fait que les comptes des retraités des pays étrangers sont exclusivement domiciliés à la BADR. Néanmoins, «il suffit de différer de quelques jours l’encaissement de sa pension pour pouvoir le faire dans de meilleures conditions», suggère un banquier.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!