Skikda au lendemain des inondations : Désolation, colère et barricades | El Watan
toggle menu
lundi, 13 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan13072020




Skikda au lendemain des inondations : Désolation, colère et barricades

03 septembre 2019 à 9 h 28 min

Skikda s’est réveillée, hier, les pieds dans l’eau. Jusqu’à midi, plusieurs ruelles des cités de la banlieue sud étaient encore inondées.

A Merj-Eddib, l’une des plus grandes cités de la ville, il a fallu dévier le trafic routier sur d’autres axes pour permettre aux citoyens de regagner le centre-ville. Les scènes de désolation étaient encore visibles, témoignant de la gravité des inondations de samedi. Elles témoignaient aussi de l’inefficacité de la prise en charge du sinistre.

En plein déluge, il nous a été donné de voir deux agents communaux tenter, dans de lamentables conditions, de déboucher une canalisation en usant d’un simple brin de fer. Cela se passait à Merdj-Eddib, à côté de l’Agence foncière. «Et si les pluies diluviennes s’étaient prolongées dans le temps, que serait-il advenu de nous ?», s’interrogeaient, hier, les habitants de Skikda, en fustigeant les pouvoirs publics.

Des citoyens qui semblent convaincus qu’en dépit de l’importance des 140 mm de pluie enregistrés hier, les responsables auraient tout de même pu anticiper en mobilisant les moyens humains et matériels nécessaires pour minimiser, au moins, les conséquences d’un tel déluge. «On a été abandonnés aux eaux, alors qu’ils ( les responsables, ndlr) ont été destinataires d’un BMS qui prévoyait de telles précipitations», ajoute-t-on. Les citoyens n’ont d’ailleurs pas attendu longtemps pour exprimer leur colère et des appels furent lancés sur les réseaux sociaux pour l’organisation d’une manifestation citoyenne pacifique, aujourd’hui, pour demander le départ de l’ensemble des responsables de la wilaya et des élus locaux.

Ces citoyens qui s’étaient retrouvés bloqués samedi dernier durant plus de 6 heures dans un impressionnant déluge, et les autres, dont les demeures ont été inondées, n’ont, eux aussi, pas tardé à exprimer leur colère ces dernières 48 heures. Sur le seul CW 21 reliant Skikda à Filfila, on a enregistré pas moins de trois barricades élevées successivement sur cet axe routier.

Les uns pour dénoncer les pannes de courant électrique, et les autres pour attirer l’attention des pouvoirs publics quant à l’état de leurs demeures inondées. Les habitants de Hamrouche Hammoudi, à moins de 10 km au sud de Skikda, ont, eux aussi, été de la partie en bloquant carrément l’axe routier menant à leur village.

La manifestation la plus importante a eu lieu hier au niveau du quartier dit «Hocine Louzat». Des dizaines de manifestants ont dressé à cet effet des barricades, bloquant ainsi cet axe routier important.

En dépit de la présence des forces anti-émeute, les manifestants n’ont pas abdiqué et ont décidé de maintenir leurs barricades. «On a failli être emportés avec nos demeures hier et personne n’est venu s’enquérir de notre situation», témoignent les habitants. Leur quartier, composé dans sa globalité d’habitats précaires, portait en effet les traces du déluge.

Des gourbis ont été carrément mis à terre. «On n’a plus de toit», témoignent certains habitants, en accusant les pouvoirs publics de les avoir ignorés lors des précédentes attributions de logements dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire. Jusqu’à midi, hier, la route est restée fermée.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!