Sétif : La ville croule sous les ordures | El Watan
toggle menu
jeudi, 17 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191017





Sétif : La ville croule sous les ordures

01 septembre 2019 à 8 h 24 min

Le quotidien de la population de la ville de Sétif est empoisonné par la dégradation effrénée de leur cadre de vie. La mort dans l’âme, les habitants d’une cité qui fut jadis belle et propre, sont contraints de composer avec l’insalubrité générée par les incivilités des uns et la démission des services communaux chargés du nettoiement et de la protection de l’environnement.

Le forfait des agents de nettoiement oblige les habitants de nombreuses cités, qu’elles soient résidentielles ou non, à cohabiter avec un amas de détritus. Perdurant depuis un certain temps, cette situation renseigne sur le laisser-aller de la municipalité, ne se souciant guère du bien-être de ses administrés. A 8 heures, les habitués de la rue Valée (au coin de la pharmacie Ferhat Abbes, située à deux pas du marché couvert et de l’ancienne Grande poste) sont accueillis par une montagne d’immondices. Un autre affligeant spectacle agresse de bon matin les passants et les nombreux habitués de la célèbre boutique de beignets (tunisiens) implantée à quelques mètres de lycée Mohamed Kerouani.

Au niveau des nombreuses cités dortoirs «zappées» par les visites officielles, la situation est cauchemardesque pour les occupants des lieux. Directement impliqués dans ce marasme écologique, ces derniers ne sont pas exempts de tout reproche. L’intersection de l’évitement nord «squattée» par des dizaines de marchands ambulants est une véritable décharge publique à ciel ouvert. Pollué par ces revendeurs à la sauvette, l’endroit, qui pourrait constituer l’autre vitrine de la ville carrefour, est jonché de bouteilles en plastique et d’un tas d’ordures.

Le décor lugubre s’étend sur des centaines de mètres. Oubliant que l’hygiène est à la fois une éducation, une culture et un état d’esprit, la municipalité d’hier et d’aujourd’hui, qui n’a jamais voulu communiquer à chaque fois que le besoin l’exige est la première responsable de la mauvaise posture dans laquelle se morfond une ville nouée dans la saleté. «Il est impossible de circuler dans les différents quartiers sans être agressé par les immondices jetées ici et là. Ayant failli à leurs missions, les gestionnaires de la ville sont responsables d’une situation qui ne va pas s’estomper avec des vœux pieux», tonnent de nombreux citoyens d’une cité qui ne sortira pas de sitôt de l’auberge.

Soulignons que l’agglomération «malade» souffre par ailleurs des herbes sauvages qui n’ont été arrachées durant la saison estivale, des nuisances des tacots faisant fonction de bus, du manque d’éclairage pointé du doigt à maintes reprises, et du délabrement d’un réseau routier en piteux état. Une telle situation a poussé les habitants de Cinéstal à fermer la route qui leur empoisonne l’existence.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!