Sétif : De nombreux projets en stand-by  | El Watan
toggle menu
mercredi, 17 juillet, 2019
  • thumbnail of elwatan17072019


  • Pub Alliance Assurance





Sétif : De nombreux projets en stand-by 

30 mai 2019 à 10 h 00 min

Lancés depuis des années déjà, de nombreux projets, et pas des moindres, sont en stand-by, alourdissant les charges du Trésor public. Ainsi, le dédoublement de la voie ferrée Sétif- El Gourzi (wilaya de Constantine) sur 118 km traîne depuis plus de 16 ans.

Les retards enregistrés dans la finalisation de l’opération ayant consommé  plus de 25 milliards de dinars (coût réévalué), ne dérange pas le maître de l’ouvrage, à savoir l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation ferroviaire(Anesrif). Le gigantesque projet des grands transferts ayant nécessité plus de 1,2 milliard d’euros s’enlise dans les problèmes. Si le transfert ouest-est voit plus ou moins le jour, ce n’est malheureusement pas le cas pour le transfert ouest ayant besoin d’une rallonge financière de près de 7 milliards de dinars. L’alimentation en eau potable d’une grande partie du sud de la wilaya, à partir du barrage d’El Maouane, n’est pas à l’ordre du jour.

Selon une source digne de foi, la question butte sur un problème financier. En un mot, l’opération n’est toujours pas inscrite, au grand regret de la population. Inauguré en avril 2017 par l’ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal, le Centre culturel islamique reste non seulement fermé, mais subit des dégradations.

Un gaspillage de l’argent du contribuable qui ne semble pas déranger les responsables. Programmée depuis 2008, la méga zone d’Ouled Saber, sur plus de 700 hectares, est en rade, dix années après. Décidée pour un montant de 300 milliards de centimes, l’extension de la piste de l’aéroport à 3 200 m somnole dans les tiroirs. En chantier depuis 2007, l’académie de police fait office de «musée». Les travaux de la pénétrante Djendjen-El Eulma, sur 55 km (tronçon de Sétif) avancent à pas de tortue.

Ne pouvant travailler sans être payées, les entreprises en charge du projet lèvent le pied. Inscrite depuis la nuit des temps, la polyclinique de Tala Ifacen poireaute. Tout comme l’hôpital de 60 lits de Beni Aziz, bloqué par de faux problèmes.

En l’absence du nerf de la guerre, l’hôpital de 240 lits d’El Eulma fait du surplace. Pour les  mêmes motifs, les travaux sur la RN 28 (Sétif-Bougaâ) sont presque à l’arrêt. Cette manière de faire pénalise lourdement les usagers de la route, contraints de composer avec la nonchalance des chargés du dossier. Promis depuis presque 15 ans, le nouveau pôle culturel (maison de culture, théâtre et une bibliothèque centrale de lecture) de Sétif tombe dans l’oubli.

Malmenée par d’interminables procédures administratives, entachées le plus souvent par de gravissimes erreurs d’appréciation et d’évaluation, la future gare routière prenant le relais de la gare intermodale «sabotée» par une banale histoire de choix du terrain, est l’exemple parfait du gâchis et de la mauvaise gestion dans une wilaya à la traîne dans nombreux domaines.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!